Le nez dans l’herbe

© Gilbert Hayoz

Un affût à l’oedipode ? Un safari au dectique ? Une quête au phanéroptère ? La « Salamandre » vous propose 6 excursions de quelques mètres seulement à la rencontre des musiciens de l’herbe.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Assez de théorie : partons sur le terrain à la rencontre des criquets et des sauterelles ! Choisissons une belle journée et gagnons un endroit sec et ensoleillé, pâturage non marécageux, steppe caillouteuse ou lisière buissonnante. Les exploits sportifs sont remis à plus tard: ouvrons simplement les oreilles et les yeux. Les 6 étapes proposées dans les pages qui suivent nécessitent quelques mètres de marche seulement.
Attention, il va faire chaud, il va faire soif : n’oubliez pas, en plus de votre matériel de vous protéger du soleil… et en route pour d’étonnantes rencontres, nez dans l’herbe!

Le matériel du parfait criquétologue

Le détecteur

La paire d’oreilles que nous a offerte la nature est le plus extraordinaire détecteur auditif qui soit. Repérez le criquet ou la sauterelle d’après sa voix, en vous rapprochant tout doucement. Posez les pieds ou les genoux sur le sol le plus délicatement possible. Si le chanteur se tait, ne bougez plus : souvent le concert reprend quelques secondes plus tard au même endroit ou un peu plus loin.
N’hésitez pas à mettre vos mains en cornet derrière vos deux oreilles. Votre ouïe y gagnera et vous aurez plus de facilité à situer l’origine des sons.

Le filet et la loupe

Pour observer de tout près les musiciens de l’herbe, vous pouvez les capturer avec un filet à papillons. Ensuite, vous les observerez mieux dans une boîte-loupe ou un tube en verre. La « Salamandre » ne saurait trop vous recommander de manipuler les insectes avec délicatesse et de les relâcher après quelques minutes à l’endroit de leur capture.
Pour ma part, je préfère un affût tranquille : je m’assieds dans l’herbe et j’attends que criquets et sauterelles reviennent d’eux-mêmes…

Le disque

Mémoriser leurs chants est un bon moyen d’entrer dans l’intimité des criquets et sauterelles… même si cet apprentissage n’est pas facile. La « Salamandre » vous propose sur son nouveau CD audio le chant des 44 espèces les plus fréquentes groupées par milieux et suivies par des ambiances sonores pour exercer votre oreille. Pourquoi ne pas utiliser ce CD sur le terrain avec un discman ?

Le miniguide

Le numéro que vous tenez dans vos mains contient un miniguide qui présente une sélection des 29 espèces les plus faciles à observer. A prendre avec vous lors de vos balades d’été…

Le détecteur (bis)

Pour les sauterelles au chant extrêmement aigu, un détecteur à ultrasons aussi utilisé pour les chauves-souris peut être d’une grande aide. Hélas, ces « bat-box » sont très coûteux… mais ils vous feront découvrir un univers sonore insoupçonné. Et pour les espèces nocturnes n’oubliez pas une bonne lampe de poche…

Couverture de La Salamandre n°163

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 163
Août - Septembre 2004
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir