Le Morvan pour citadelle

Morvan / © Christophe Lorsch / Naturimages

C’est un cœur de granite ruisselant sur la Bourgogne. Pas tout à fait une montagne. Après le Rhône, cap sur le Morvan, là où la loutre n’aurait jamais disparu.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Il culmine à 901 mètres d’altitude au centre de la Bourgogne. Les pluies abondantes qu’il reçoit ne s’infiltrent presque pas, elles déambulent en mille cours, ici vers le bassin de la Loire, là vers celui de la Seine. Terre sauvage aux eaux peuplées d’écrevisses autochtones, le Morvan a presque tout pour plaire. Aurait-il servi de refuge aux dernières loutres du nord-est de la France ?

Vingt ans de mystère

Il y a un demi-siècle, la loutre occupait la majorité des cours d’eau de Bourgogne. Malgré la protection légale de l’espèce, le carnivore devient rare dans les années 1970. Dix ans plus tard, il se volatilise. Subsiste-t-il peut-être dans le Morvan ? Impossible de le dire malgré des recherches intensives. Alors, là comme ailleurs, adieu la loutre ?
Pour toutes les années 1980, on ne signale qu’un seul indice sérieux, une épreinte isolée en 1985. Quatre ans plus tard, un cadavre est découvert. Triste nouvelle... et en même temps note d’espoir. Plus rien ensuite, mais la rumeur persiste. « Une nouvelle campagne de recherche s’organise entre 1999 et 2006. Malgré plus de 1200 points de prospection, aucun indice n’est trouvé ! » révèlent Damien Lerat et Nicolas Varanguin de la Société d’histoire naturelle d’Autun. Une fois de plus, la loutre échappe aux règles et aux protocoles. Elle brouille sa piste.
Depuis 2010, l’animal tant recherché laisse enfin des traces... heureusement bientôt nombreuses. On connaît cette fois plusieurs kilomètres de rivière occupés au cœur du Morvan.

Avril 2011 - Restes de repas d’une loutre dans le Morvan. On distingue des pinces d’écrevisses. / © Max Jouve

Mille rivières pour la reconquête

La Bourgogne et sa petite montagne de ruisseaux tiennent une place stratégique pour la recolonisation de la Loutre en France. La façon dont elle parcourt le chevelu des fleuves et des rivières pour reconquérir les terres perdues illustre grandeur nature le concept des corridors biologiques. D’abord l’Allier depuis le Massif central, la Loire bien sûr puis les ruisseaux du Morvan peut-être via l’Aron. De là, elle peut basculer sur le bassin de la Seine où presque tout est permis jusqu’à la Normandie.
Plus à l’ouest, atteindre la Saône permettra peut-êtrele contact avec les pionnières du Rhône. Observer la reconquête de cet animal un brin revenchard et ses bonds de cinq, dix, parfois vingt kilomètres par an permet de mieux entrer dans la réalité de notre réseau hydrographique. Car son réseau routier à elle est fait de méandres, de confluents, de sources et de canaux.

Couverture de La Salamandre n°219

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 219
Décembre 2013 - Janvier 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir