Le gui d’Eleanor – étape#49

© Jean-Philippe Paul

La féroce tempête Eleanor a frappé le grand peuplier. Avec lui, malheur, près de cinquante boules de gui se sont écrasées dans la prairie.

Avatar de Jean-Philippe Paul

Publié par

Je l'évoquais dans l'étape#2 du voyage au jardin, le 7 février de l'an dernier. Il abritait à son pied le couple de renards amoureux. Mais le vieux peuplier n'est plus. Eleanor, la tempête hivernale venue de l'Atlantique, l'a renversé d'une simple rafale.

J'aurais aimé assister à cette fin fracassante. Sa souche déracinée mesure trois mètres de diamètre. Nombreuses sont ses branches robustes qui ont cédé sous le choc. Et avec l'arbre vénérable, c'est tout le chapelet de boules de gui qui s'est effondré. La plante des druides, venue du Ciel, a soudainement frappé le sol.

Selon les croyances, ce végétal sacré ne doit pas toucher terre, au risque de perdre ses pouvoirs magiques. Est-ce un mauvais présage ?

Le 8 janvier 2018 - étape#49

Suivez chaque semaine l'itinéraire de ce voyage plein de surprises 100 % nature entre le jardin et le pas de la porte. Chaque fois, c'est une observation véritable, datée, localisée et illustrée dans ce carnet de route.

Retrouvez l'étape#48 La vie en rose au jardin

Une semaine sur deux, Mon voyage au jardin est envoyé par e-mail aux abonnés de la rubrique.

Réagir