Le bouquetin dans les Alpes en 2000 ans d’histoire

Le "dernier des bouquetins", un trophée inestimable. / © Arnaud Fréminet

Dates clés dans l'épopée du bouquetin des Alpes à travers le temps.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

Vers l’an 0

Les Romains exhibent parfois des bouquetins dans les venationes chasses-spectacles mises en scène dans le Circus Maximus.

Vers l’an 1000

La viande de bouquetin est régulièrement au menu des moines du couvent de Saint-Gall, en Suisse orientale.

Vers 1250

Premières armes à feu en Europe.

Vers 1450

D’après von Tschudi, illustre naturaliste du XIXe siècle, le bouquetin peuple alors encore une bonne partie des Alpes. Son déclin s’accélérera au XVIe siècle.

1492

Découverte de l’Amérique et fin du Moyen Age.

1612

La chasse au bouquetin, souvent déjà proscrite en Valais à partir de 1557, est aussi interdite aux Grisons sous peine d’amende. En 1633, des punitions corporelles sont instituées pour tenter de dissuader les braconniers.

vers 1660

Le bouquetin aurait entièrement disparu de Suisse centrale.

1706

L’archevêque de Salzbourg fait tirer les derniers exemplaires du Tyrol autrichien pour mettre fin à l’utilisation jugée hérétique de l’ os du cœur du bouquetin.

1789

Début de la Révolution française.

Evolution des effectufs de bouquetins en Suisse, France et au Grand Paradis / © Jean-Luc Wisard

1821

Joseph Zumstein, inspecteur forestier d’Aoste, signale à l’Académie Royale des Sciences de Turin que le bouquetin est en voie de disparition au Piémont. Il n’en resterait qu’une centaine. Grâce à cette intervention, la chasse et le commerce de l’espèce sont interdits sur l’ensemble des terres de la Maison de Savoie.

1850

Révolution industrielle en Europe.

1853

Trois bouquetins sont encore tirés sur le versant italien du Mont Rose.

1858

Le roi Victor-Emmanuel II crée le district royal de chasse du Grand Paradis, dans le Val d’Aoste. La constitution de cette réserve sauve les bouquetins et garantit au souverain le droit exclusif de les chasser.

1870

En France, les deux derniers bouquetins de la région du Mont-Blanc sont tirés. L’ongulé ne subsiste probablement plus qu’au Grand Paradis et peut-être en très petit nombre en Vanoise.

1875

Dans une clause de la première loi fédérale sur la chasse, le parlement suisse prévoit la réintroduction du bouquetin dans le pays. Cette décision favorise le trafic de cabris avec le Grand Paradis.

1885

Gabriele Bérard, braconnier valdôtain, apporte au zoo de Bâle une étagne de trois ans pour 1000 CHF. C’est le début du trafic illégal de bouquetins.

1906

Lors de l’inauguration du tunnel ferroviaire du Simplon entre la Suisse et l’Italie, le Conseil fédéral demande officiellement des bouquetins à Victor-Emmanuel III. Le roi refuse, prétextant la difficulté de capturer l’animal et sa fragilité lors du transport.

1914

Création du Parc National Suisse, dans les Grisons. Le bouquetin y sera réintroduit en 1920.

1918

Fin de la Première Guerre mondiale.

1920

Neuf ans après la Suisse, l’Italie commence un programme de réintroduction du bouquetin à partir de bêtes… helvétiques rachetées ! En 1922, ce sera le tour de la Yougoslavie, puis de l’Autriche en 1928 et de l’Allemagne en 1936.

1922

Les réserves royales de chasse du Grand Paradis deviennent Parc national.

Répartition des bouquetins en Europe centrale en 1850 et 2014. En %: répartition de l'espèce entre les pays / © Jean-Luc Wisard

1939

10 ans après le krach de Wall Street, débute la Seconde Guerre mondiale.

1945

A cause d’un braconnage effréné durant la guerre, la population de bouquetins du Parc national du Grand Paradis est descendue à 419 têtes contre 3900 en 1933.

1959

La France commence la réintroduction du bouquetin dans les Hautes-Alpes à partir de six exemplaires marchandés avec la Suisse en échange d’un lot de castors.

1963

Pour favoriser le retour du bouquetin, la France crée le Parc national de la Vanoise.

1977

La population helvétique de bouquetins dépasse les 6000 exemplaires. La Confédération autorise des tirs de régulation.

1981

Non chassable depuis 1962, Capra ibex est enfin protégé intégralement dans toute la France.

1989

Chute du mur de Berlin.

1994

Une étude montre que le patrimoine génétique des bouquetins de la Vanoise diffère de ceux du Grand Paradis. L’ibex, disparu de tout l’arc alpin au XIXe siècle à l’exception des réserves du roi d’Italie, aurait aussi subsisté en très petit nombre en France.

2006

La Suisse répare symboliquement le préjudice occasionné autrefois par les contrebandiers en restituant 50 bouquetins à l’Italie.

2013

Les effectifs de Capra ibex dans l’arc alpin dépassent les 45’000 têtes. De nombreuses populations sont stables ou régressent légèrement.

Couverture de La Salamandre n°225

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 225
Décembre 2014 - Janvier 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir