L’année bien remplie d’un gypaète

© Hansruedi Weyrich

Le gypaète barbu doit atteindre l'âge de sept avant de se reproduire, et l'élevage des jeunes est très, le cycle de vie du gypaète en détails.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Parades

Au cœur de l’automne, le couple de gypaètes intensifie ses liens amoureux par des parades nuptiales moins spectaculaires que chez la plupart des rapaces. En même temps, il construit un nouveau nid ou entretient une ancienne aire parmi celles en sa possession. Puis, en novembre-décembre, les oiseaux s’accouplent parfois jusqu’à six fois par jour.

Ponte

ponte gypaète barbu

© PACT-andorra et Gouvernement d’Andorra (webcam)

Entre fin décembre et mi-février, la femelle pond deux œufs (rarement un et exceptionnellement trois) à quelques jours d’intervalle. Chacun d’eux pèse de 230 à 250 g et mesure environ 90 mm de longueur. De couleur crème plus ou moins tachée, l’œuf se colore au contact des oxydes de fer dont les plumes de la femelle sont imprégnées.

L'incubation

couple de gypaètes barbus

© Didier Peyrusqué

Les deux sexes se partagent la couvaison qui a lieu selon les altitudes et les régions de janvier à mars. La femelle participe en général davantage. L’incubation dure en moyenne 55 jours.

Eclosion

œuf de gypaète barbu

© Klaus Robin

En février-mars, au cœur de l’hiver montagnard, le poussin met une cinquantaine d’heures à sortir de l’œuf. Le gypaèton pèse de 90 à 130 g et prend tout de suite une avance fatale sur son cadet. Le second poussin meurt rapidement de faim ou de blessures. Un couple n’ayant pas la capacité d’élever deux jeunes, le second œuf n’est qu’une sécurité.

Croissance et envol

nourrissage d'un jeune gypaète barbu

© Klaus Robin

A 11 semaines, la tête duveteuse du jeune contraste avec son corps et ses ailes emplumées. Il passe le plus clair de son temps à guetter l’arrivée du parent nourricier et à somnoler. C’est après environ cent vingt jours passés au nid à croître très lentement que le gypaèton est prêt pour l’envol.

Emancipation

envol d'un jeune gypaète barbu

© Hansruedi Weyrich

Cette période est cruciale et le jeune apprenti voilier doit choisir des perchoirs à l’abri des prédateurs terrestres. Pendant un mois, il ne s’éloigne pas du site de reproduction qui l’a vu naître. Lors du deuxième mois, il transporte lui-même des os et tente ses premiers cassages sur les sites d’enclumes parentaux. L’automne approche et ses vols l’emmènent de plus en plus loin. Le jeune gypaète peut alors fréquenter d’autres immatures de son espèce ainsi que des groupes de vautours.

Longue errance

envol d'un jeune gypaète barbu

© Jean-François Seguin

Le jeune gypaète ne sera adulte et mature qu’à l’âge de six ou sept ans. En attendant, il se disperse et peut parcourir de grandes distances, seul ou accompagné par des vautours fauves ou des rapaces migrateurs. Ses parents se consacrent déjà à leur prochaine saison de nidification.

La suite du dossier sur le gypaète barbu.

Apprenez en plus sur la vie du gypaète dans notre livre Le comportement des oiseaux d'Europe.

Un ouvrage unique et le plus complet à ce jour, pour tous les amoureux des oiseaux. 576 pages pour découvrir les techniques de vol, les stratégies de chasse, les parades nuptiales et autres comportements de 427 espèces. Magnifiquement illustré avec plus de 1800 dessins.

Cliquez ici pour commander le livre.

Couverture de La Salamandre n°249

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 249
Décembre 2018 - Janvier 2019
N° complet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».