La carrosserie métallisée des chrysomèles

Oreina speciosa / © Matthias Borer

Bleus, verts, rouges... les chrysomèles ont de quoi ravir les yeux. L'entmologiste Matthias Borer prend comme exemple Oreina speciosa, facile à repérer.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

« Lors de ma thèse de doctorat, j'ai beaucoup étudié les chrysomèles alpines. Ces coléoptères aux reflets métalliques regroupent de nombreuses espèces, dont Oreina speciosa , une espèce que l'on trouve entre 800 et 2000 m d'altitude. Ils préfèrent les milieux ombragés et frais. Bleus, verts ou rouges, ces insectes sont facilement repérables sur la berce des prés, l'une de ses plantes hôtes favorites. Ils sont capables de synthétiser des composés toxiques assurant une défense chimique contre les prédateurs !»

Matthias Borer est conservateur en entomologie au Muséum d'histoire naturelle de Neuchâtel. Ce docteur en biologie est fasciné depuis tout gamin par les insectes. Un microcosme riche en surprises dès les premiers beaux jours.

Couverture de La Salamandre n°215

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 215
Avril - Mai 2013
Article N° complet

Réagir