Jamais pareils

En gelant, les molécules d’eau s’organisent en hexagones, géométrie qu’on retrouve chez les précieuses émeraudes. Quand les conditions sont favorables, l’hexagone central croît de proche en proche pour former une étoile chaque fois unique au monde. / © Paul Miéville

Les flocons sont des étoiles fascinantes. Et toujours uniques.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Existe-t-il ou a-t-il existé une fois deux cristaux de neige semblables comme deux gouttes d’eau? La nature elle aussi semble s’amuser avec la neige. Toutes les fantaisies, souvent très peu symétriques, sont possibles en sculpture de cristaux.

Laboratoire

Certains chercheurs ont essayé, non sans mal, d’imiter le travail des nuages. Dans son laboratoire californien, Kenneth Libbrecht a par exemple construit une chambre d’incubation dans laquelle il est capable de faire naître des flocons même en plein été.
Si on modifie d’un cheveu la température, l’hygrométrie ou la pression, l’expérience produit des cristaux complètement différents. Oui, l’alchimie qui permet leur construction est extrêmement sensible. Voilà qui explique la diversité des formes produites.
Quant aux deux jumeaux parfaits, on n’en trouve pas trace en tout cas parmi les 6’000 étoiles et hexagones patiemment immortalisés par le photographe américain Wilson Bentley

« Mai trouve la neige où mars l’a laissée. » Vaud

50 fois le poids de la Terre

On peut se représenter la quantité de neige qui tombe chaque année sur notre planète, d’ailleurs de manière très inégale suivant les régions, de la manière suivante. Toute cette neige fondue en eau recouvrirait l’ensemble du globe d’une couche liquide épaisse de trois centimètres. Compte tenu de l’âge vénérable de ladite planète, le nombre astronomique de cristaux créés depuis quatre milliards d’années nécessiterait 35 zéros pour figurer sur cette page. En d’autres termes, depuis cette lointaine époque, les nuages ont produit en flocons 50 fois le poids de la Terre.
Et pourtant, la diversité des formes possibles est encore plus grande. Les lois de la probabilité sont formelles : sans doute n’est-il jamais tombé durant toute cette longue histoire deux flocons identiques…

Monsieur flocon

L’époustouflante collection Bentley : une vie pour rassembler 6’000 cristaux en noir et blanc.

© Tiré de «L’atmosphère», éd. time-life

Photographier des cristaux de neige peut occuper toute une vie. La preuve par le pionnier du genre. En 1880, Wilson Bentley, jeune habitant du Vermont, au nord-est des Etats-Unis, observe pour la première fois à travers un microscope la délicate dentelle d’un cristal de neige. Emerveillé, le garçon de quinze ans décide de consacrer sa vie à l’infinie variété des flocons.
Bentley invente une technique pour immortaliser ces structures si délicates. Les cristaux sont recueillis sur un plateau de velours. Les plus beaux choisis avec soin, puis transférés sur des lames de microscope avant d’être photographiés. Le tout se passe évidemment dehors et par des froids de canard…
Quarante hivers plus tard, « Monsieur Flocon » aura accumulé une collection unique de plus de 6’000 cristaux tous différents.
L’hiver dernier, durant quelques jours de frimas, le photographe chaux-de-fonnier Paul Miéville s’est attaqué au même sujet pour la « Salamandre ». Nous lui devons les magnifiques cristaux reproduits dans ce dossier et en couverture.

Couverture de La Salamandre n°165

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 165
Décembre 2004 - Janvier 2005
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir