Un trio de l’espoir pour les gypaètes des Causses

© Arco Images GmbH / Alamy

Escale sur les plateaux des Causses aux allures asiatiques. Ici, tous les yeux sont braqués sur trois gypaètes. Saga.

Avatar de Jean-Philippe Paul

Article d'origine par
© Régis Domergue / Biosphoto

Un gigantesque vautour moine plane au-dessus d’un troupeau de chevaux sauvages de Przewalski. Un souvenir de voyage en Mongolie ? Non, une observation extraordinaire tout à fait plausible sur le causse Méjean, dans le département de la Lozère. Depuis 1981, ce territoire est exemplaire en matière de sauvegarde des grands rapaces charognards. Il accueille désormais les quatre espèces européennes, dont presque 600 couples de vautours fauves, 27 de moines et
2 couples de percnoptères. Ici, le projet de réintroduction du gypaète barbu a débuté en 2012.

« Depuis cette date, nous avons relâché 15 individus », précise Léa Giraud, responsable du programme Life Gypconnect dans les Grands Causses pour la LPO. « Malheureusement, il n’en reste plus que trois », s’inquiète-t-elle. Entre les individus qui ne sont pas revenus de leurs périples dans les Pyrénées ou dans les Alpes et ceux qui sont morts ou blessés, la nidification du majestueux casseur d’os se fait toujours attendre aux confins des gorges du Tarn et de la Jonte. Collisions avec le réseau d’électricité, empoisonnements, tirs et même une morsure de vipère, rien n’a été épargné aux gypaètes pionniers.

On a subi la seule mortalité connue de gypaète par morsure de vipère !

Un trio de l’espoir pour le gypaète barbu dans les causses

© Hansruedi Weyrich

Parmi les rescapés, Adonis, lâché en 2014, est la star locale. A la suite d’un rocambolesque périple en Europe, ce subadulte est revenu au bercail et semble s’y plaire. Adonis l’aventurier s’est sérieusement rapproché de Layrou, oiseau d’un an son aîné, miraculé après des blessures liées à un coup de fusil dans le département du Lot. Les deux inséparables ont même été vus s’accouplant et bricolant un nid. Un bébé en vue ? « Le hic, au moins pour l’espoir de reproduction, c’est que Layrou est également un mâle… » Dans l’attente de lâchers complémentaires, Léa Giraud mise sur Arcana, une jeune femelle introduite en 2017 : « Par chance, elle semble peu encline au voyage et se plaît dans les Causses. » Saura-t-elle séduire le couple homosexuel pour former un trio fertile d’ici quelques années ?

Un trio de l’espoir pour le gypaète barbu dans les causses

© Jacques Mathey

L’incroyable périple

Sélection synthétique des étapes d’Adonis, gypaète né dans un zoo tchèque le 16 février 2014, puis lâché dans les Grands Causses le 20 mai de la même année. Avant de revenir sur son lieu de réintroduction trois ans plus tard, ce grand voyageur a survolé une quinzaine de pays. La balise ayant dysfonctionné en Roumanie, son trajet de retour (en bleu entre N et P) est inconnu.

Vidéo des lâchers de gypaète en 2017.

La suite du dossier sur le gypaète barbu.

Découvrez l'histoire de la réintroduction du gypaète barbu dans notre nouveau film La fabuleuse histoire du gypaète.

Cliquez ici pour commander le DVD.

Couverture de La Salamandre n°249

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 249
Décembre 2018 - Janvier 2019
Article N° complet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».