Gros, gris et si chou !

En Angleterre comme en Italie, les programmes d’éradication de l’écureuil gris sont condamnés par les associations de protection des animaux. Le rongeur jouit déjà d’une forte cote de popularité. / © Eric Médard

En un siècle à peine, l’écureuil roux a disparu de presque toute l’Angleterre. L’écureuil gris américain a pris sa place. Inexorablement.

Avatar de Aino Adriaens
- Mis à jour le
Article d'origine par

Aujourd'hui, la Grande-Bretagne compte environ 3 millions d'écureuils gris contre 16'000 roux. Comment en est-on arrivé là ? L’histoire débute en 1876, dans le sud de l’Angleterre. Mr Brockelhurst est un gentleman anglais amoureux des bêtes. Certain de contribuer à l'enrichissement de la faune locale, il libère un couple de Sciurus caroliensis à Henbury Park, dans le Cheshire. Alors qu'il regarde s'éloigner les deux écureuils gris d'origine américaine, Mr Brockelhurst n'a pas conscience de la portée de son acte. Or il vient de commettre un geste irréparable, sinon irréparé.

Ecureuil à la mode

Très vite, les Britanniques se sont entichés des charmantes petites bêtes grises qui se laissaient facilement apprivoiser. La mode était lancée : durant les cinquante années qui suivirent, des dizaines de lâchers eurent lieu dans les parcs et les jardins.
A partir de 1900 déjà, la diminution sévère du nombre d’écureuils roux a toutefois alerté plus d'un observateur. Puis elle n’a fait que s’amplifier. Au début, on a invoqué des épidémies, la destruction des forêts pendant la guerre de 39-45 et une série d’hivers rigoureux. Mais très vite, les scientifiques ont établi une corrélation entre la progression des écureuils gris et la disparition des roux.
Les écureuils américains se sont très bien adaptés : ils ont peu à peu colonisé les forêts du royaume au détriment de l’espèce indigène. Selon les biologistes, il s’agit là d’un cas exemplaire mais dramatique d’« exclusion par compétition ».

L'écureuil gris espèce invasive qui décime l'écureuil roux - La Salamandre

© Alastair Craig Baxter

Le roux ne fait pas le poids

Le nouveau venu n'est pas seulement gris : il est surtout gros. Il pèse 550 grammes, soit environ le double de son cousin européen. Autrement dit, il a bon appétit et s’attaque sans vergogne aux châtaignes et aux glands les plus volumineux, dont il digère les tanins plus facilement que l’écureuil roux. Plus compétitif, il parvient à rafler avant ce dernier la nourriture disponible. Autre avantage : l’écureuil gris, moins arboricole, grossit davantage en automne, ce qui augmente ses chances de passer l’hiver.

Vive l'Ecosse

Les écureuils roux se cantonnent aujourd’hui principalement dans les forêts de conifères d’Ecosse et du nord de l’Angleterre : ils parviennent à y être plus compétitifs face aux gris que dans les forêts de feuillus. Ce constat a orienté de nombreuses actions de sauvetage, comme celle qui consiste à éliminer des feuillus, ou à ne plus en planter autour des forêts de conifères, afin de tenir les écureuils gris à l’écart de celles-ci.
On a aussi tenté de réintroduire l’écureuil roux là où il avait disparu, mais sans grand succès : il faudrait commencer par lui faire de la place en éradiquant son concurrent gris, mesure inacceptable aux yeux

Tout près !

En Europe continentale, l’écureuil roux n’est pas à l’abri de son cousin américain. Dans le Piémont, au nord de l’Italie, il existe depuis 1948 une population d’écureuils gris dont la progression a déjà provoqué l’extinction partielle du rouquin.
Plus récemment, des écureuils gris ont été découverts aux abords de la rivière Tessin. Le biologiste Luc Wauters a modélisé l’expansion de l’animal dans la région. Son verdict est sans appel : « Si rien n’est entrepris pour enrayer leur progression, les écureuils gris envahiront la Suisse au cours des 20 prochaines années, en remontant la rivière jusqu’au lac Majeur. » A partir de la Suisse, ils pourront gagner la France et le reste de l’Europe. Avec pour conséquence la disparition à grande échelle de l’écureuil roux dans son habitat d’origine.

Couverture de La Salamandre n°164

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 164
Octobre - Novembre 2004
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir