Le glandeur du jardin – étape#36

© Jean-Philippe Paul

Pour les animaux, le moment est venu de faire des réserves. Précautionneux et presque drôle, un geai des chênes cache un gland au pied d'un arbuste.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Ce geai qui s'approche en sautillant dans la pelouse a un comportement étrange. On dirait un gamin qui va faire une bêtise et qui regarde si personne ne le voit. Son jabot gonflé lui procure une allure encore plus singulière.

Je commence à comprendre lorsqu'il se trouve au pied d'un arbuste d'ornement dont j'ai oublié le nom. Il régurgite alors un gros gland vert pomme. Il le saisit du bout du bec et l'enfonce dans le sol. Après quelques minutes, il collecte des feuilles mortes, des brindilles et de la mousse qu'il dépose sur son trésor.

Je ris intérieurement devant la scène et me souviens alors d'une information incroyable que j'avais lue dans... La Salamandre. Il paraît qu'un seul geai peut cacher plus de 5000 glands ! Je n'arrive pas à croire que mon jacquot se souviendra de toutes ses cachettes mais je me promets de retrouver son gland demain pour le montrer à ma famille.

Pari perdu, le lendemain, impossible de mettre la main sur le butin du corvidé aux ailes bleues. Ai-je moins de mémoire que lui ou alors s'est-il déjà fait voler son gland par un plus malin qui avait vu son manège ?

1er octobre 2017 - étape#36

Etape 36 de Mon voyage au jardin

Suivez chaque semaine l'itinéraire de ce voyage plein de surprises 100 % nature entre le jardin et le pas de la porte. Chaque fois, c'est une observation véritable, datée, localisée et illustrée dans ce carnet de route.

Retrouvez l'étape#34 Avenir gris pour notre écureuil roux

Une semaine sur deux, Mon voyage au jardin est envoyé par e-mail aux abonnés de la rubrique.

Réagir