Extraits, mulch et infusions

Vous prendrez bien une infusion d'orties. / © Fotolia

N’en déplaise à l’industrie agrochimique, l’ortie gagne du terrain ! Au jardin comme en cuisine, voici comment utiliser l'ortie.

Avatar de Aino Adriaens
- Mis à jour le
Article d'origine par
Extraits, mulch et infusions d'ortie - La Salamandre

© Bernard Bertrand, d'après "Purin d'ortie & compagnie"

L’ortie s’installe souvent là où on ne veut pas d’elle. Il s’agit donc de lui fixer des limites et de veiller à ce qu’elle s’y tienne. Le mieux, c’est de lui réserver un coin de jardin ou de potager ! Si, au pied d’un mur ou derrière le cabanon, un massif existant ne vous gêne pas trop, conservez-le. Si par contre vous n’avez que de maigres orties disséminées un peu partout dans le jardin, mieux vaut repartir à zéro en transplantant des rhizomes ou en semant un carré d’orties. Eh oui, les graines d’ortie, cela s’achète ! Choisissez de préférence une place au soleil, dotée d’une terre riche et profonde, mais pas trop sèche. Vous craignez l’envahissement ? Pas de panique ! Il suffira de biner ou de bêcher régulièrement (en arrachant les rhizomes) autour du massif pour éviter son expansion.

Tomates et orties

Au moment de planter les tomates, disposez une poignée de feuilles d’ortie fraîches ou séchées au fond du trou de plantation, puis saupoudrez de terre. Posez le plant de tomate : en se développant, ses racines profiteront directement des éléments minéraux libérés par l’ortie. Ce truc tout simple protège efficacement les tomates contre les maladies fongiques telles que l‘oïdium et le mildiou.

© Bernard Bertrand, d'après "Purin d'ortie & compagnie"

Mulch bien sec

Un principe cher au jardinage biologique: ne jamais laisser la terre à nu. Entre les cultures ou après la récolte, on la couvre d’un mulch de paille ou de feuilles pour éviter qu’elle ne se dessèche et pour limiter la croissance des herbes indésirables. Un mulch d’orties peut parfaitement jouer ce rôle tout en fertilisant la terre. En pratique, mieux vaut utiliser des plantes sèches (les fraîches fermentent rapidement) et dépourvues de graines, histoire de ne pas semer des orties !

Tisane d’ortie

Extraits, mulch et infusions d'ortie - La Salamandre

© Bernard Bertrand, d'après "Purin d'ortie & compagnie"

Si dans la pharmacie familiale la tisane d’ortie est recommandée pour soigner l’arthrite, les rhumatismes et la dysenterie, au jardin elle contribue à éloigner l’un des pires fléaux des cultures : les pucerons !

La recette : plonger 1 kg d’orties dans 10 litres d’eau froide et porter à ébullition. Dès que l’eau frémit, stopper l’ébullition, mettre un couvercle et laisser infuser pendant 12 heures avant de filtrer.

Pulvériser régulièrement cette infusion sur le feuillage des légumes et des plantes ornementales (rosiers) pour prévenir les attaques de pucerons et d’autres parasites (acariens, carpocapses, mouches de la carotte).

L’infusion d’ortie ne peut à elle seule juguler une invasion massive de pucerons. Préférez-lui une pulvérisation au savon noir !

© Christian Lavorel

Un grand classique : le purin d’ortie

Qui ne connaît la réputation de ce jus miraculeux issu de la fermentation des orties ? Exceptionnellement riche en fer et en azote, l’extrait d’ortie - comme préfèrent le qualifier les jardiniers bio - est utilisé principalement pour ses vertus phytostimulantes.

Extraits, mulch et infusions d'ortie - La Salamandre

© Bernard Bertrand, d'après "Purin d'ortie & compagnie"

Comment le fabriquer ?

  1. Couper et fragmenter des orties à la cisaille, puis les mettre dans un seau en plastique (genre poubelle de 30l), à l’ombre.
  2. Remplir d’eau de pluie (10 l d’eau pour 1 kg de plantes fraîches). La fermentation démarre au bout de 3-4 jours.
  3. Contrôler la fermentation en brassant chaque jour avec un bâton. Elle est achevée lorsque le tapis de petites bulles qui remonte à la surface lors du brassage n’apparaît plus. Plus il fait chaud, plus la fermentation est rapide. Compter 8-12 jours à 18-20 °C.
  4. Filtrer le liquide à travers un tissu ou un tamis. Agissez dans les 24 heures qui suivent la fin de la fermentation. Au delà, la putréfaction commence et… bonjour la puanteur ! En principe, un extrait bien réussi ne devrait pas sentir plus mauvais que de l’urine de vache.
  5. Utiliser rapidement.
Extraits, mulch et infusions d'ortie - La Salamandre

© Bernard Bertrand, d'après "Purin d'ortie & compagnie"

Pour quoi l’utiliser ?

L’extrait d’ortie doit impérativement être dilué dans de l’eau avant usage. A l’état pur, il fait office d’herbicide en brûlant les plantes !

Comme stimulateur de germination : tremper les semences pendant 30 min au maximum dans de l’extrait pur, ou pendant 12 h dans de l’extrait dilué à 20 % (2 litres d’extrait pour 10 l d’eau).
Comme stimulateur de crois­sance : arroser le pied des légumes et des jeunes arbres fruitiers une fois tous les 15 jours (dilution 10 à 20 %), ou humecter le feuillage régulièrement avec un pulvérisateur (dilution 3 à 5 %).
Comme activateur de compost : arroser de temps en temps le compost avec de l’extrait d’ortie. Cela accélère sa décomposition.

Ici, quelques recettes de cuisine à base d'orties.

Retrouvez la totalité du dossier consacré à l’ortie : L’ortie, une vraie peste ?

Découvrez une multitude d'activités nature dans notre guide : La nature au jardin.

A quoi ressemble un jardin en juillet ? Aino Adriaens nous raconte le bain des moineaux, les dégâts des félins et pourquoi les tondeuses à gazon sont superflues.

Couverture de La Salamandre n°178

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 178
Février - Mars 2007
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir