Bienvenue ami de la pluie – étape#12

© Jean-Philippe Paul

Après des semaines de beau temps sec, trois gouttes suffisent à le faire sortir. Visite sans surprise d'un escargot tout heureux qu'il pleuve.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Je devais bien finir par croiser sa route. Le voilà, surfant au ralenti sur les lattes en robinier de la terrasse luisante. Il n'aura fallu qu'une averse insignifiante et deux millimètres de pluie pour motiver sa déambulation. Ce mois d'avril très sec ne fait pas vraiment la joie des escargots et chaque occasion d'absorber un peu d'eau vitale est sacrée. Les lendemains s'annoncent encore bien ensoleillés, notre mollusque devra donc se réfugier de nouveau dans une mini-grotte du muret en pierres.

C'est un petit-gris, un modèle bien proportionné avec une coquille vaguement zébrée de noir, de brun et de blanc nacré. Il est totalement dans la norme avec sa tenue dextre et ses lignes qui tournent dans le sens des aiguilles d'une montre. Je suis épaté par la géométrie parfaite de sa maison en pierre, ou plus exactement en carbonate de calcium. Je me dis qu'il ne doit pas manquer de calcaire dans ce petit coin du Jura.

Il semble avoir sa taille définitive, un poil plus petite que celle de l'escargot de Bourgogne. C'est ce dernier que je voyais enfant, par dizaines ou centaines dans les haies, les lisières et les bois. Aujourd'hui, je retrouve de telles densités uniquement en moyenne montagne. Une rangaine digne des neiges d'antan ? Qu'importe, je reste persuadé que le Bourgogne est devenu une coquille vide qui a énormément souffert des pesticides et des ramassages abusifs. C'est probablement l'animal qui a le plus décliné dans la campagne environnante ces trente dernières années.

Aussi, pour que mon visiteur du matin ne souffre pas du même fléau, c'est à la main et non à grand renfort de chimie que je calmerai les ardeurs bien naturelles des herbes folles.

Le 16 avril 2017 - étape#12

Bienvenue ami de la pluie - La Salamandre

Etape 12 de Mon voyage au jardin. / © Jean-Philippe Paul

Suivez chaque semaine l'itinéraire de ce voyage plein de surprises 100 % nature entre le jardin et le pas de la porte. Chaque fois, c'est une observation authentique, datée, localisée et illustrée dans ce carnet de route.

Retrouvez l'étape#11 L'abeille sauvage et l'araignée tueuse

Une semaine sur deux, le Voyage au jardin est envoyé par e-mail aux abonnés de la rubrique.

Réagir