Telle une mer dans les terres

Crépuscule sur le lac du Der vu du ciel. Au centre, l'île partiellement boisée de Chantecoq. / © Pascal Bourguignon

L'immense lac du Der a englouti un morceau de Champagne voici 40 ans. Vasières immenses et ciel rempli d'oiseaux lui donnent un petit air d'océan intérieur. A visiter en hiver absolument.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

La brume hivernale crée d'emblée une ambiance unique à l'approche du lac du Der. La traversée des villages riverains dépayse par un style très particulier qui marie une terre argileuse avec des pans de bois de chêne. Eglises, fermes et bâtisses aux façades zébrées de planches trahissent la rareté des pierres dans la région. Entre deux labours, des vanneaux transis de froid pointent leur huppe vers le ciel pour implorer les rayons d’un soleil timide. Et au loin claironnent les grues…

Mondes engloutis

L’histoire du Der commence par de terribles inondations de la Seine au début du XXe siècle. Et notamment la plus catastrophique de toutes qui ravage Paris en 1910. Afin de réguler ces violents phénomènes naturels, les hommes entreprennent un vaste chantier sur le bassin-versant du fleuve. C'est sur la Marne, son principal affluent, qu'est conçu en 1938 le réservoir de Champaubert. Avec 450 hectares, ce plan d’eau n'est qu'une première étape. Depuis 1974, l’actuel lac du Der occupe une surface onze fois plus grande.
Pour protéger les riverains des humeurs de la Marne et de la Seine, il a fallu sacrifier la vie rurale des habitants du bocage et rayer trois villages de la carte : Chantecoq dont il reste une petite colline devenue île, Nuisement-aux-Bois dont l'église en pans de bois a été remontée de toutes pièces au Musée du Pays du Der, et Champaubert-aux-Bois dont l'église surélevée est toujours visible au bord du lac.

Profusion nouvelle

La région du Der est devenue en quelques années un haut lieu du tourisme nature et patrimoine. Nautisme, balades à vélo et observation des oiseaux cohabitent de façon exemplaire et remplissent les auberges et gîtes alentour. La grue cendrée, grand voyageur, fait ici une halte remarquée et maintenant traditionnelle. Plusieurs dizaines de milliers de ces spectaculaires oiseaux passent par le lac sous le regard émerveillé des touristes, naturalistes et photographes. C’est aujourd’hui devenu l'emblème de la région et un enjeu économique local.
Pour réguler efficacement le niveau des eaux en aval, le lac du Der subit un marnage chaque année : on le laisse se remplir de décembre à juin pour encaisser les crues hivernales et printanières. Puis, en été et en automne, le lac rend aux rivières les eaux accumulées en leur évitant un étiage trop important. Cette marée annuelle favorise de nombreux habitats naturels : roselières, forêts riveraines, vasières, îles refuges.
Mais il ne fait décidément pas chaud aujourd'hui… Chaussons gants et bonnets pour une visite glacée au paradis des oiseaux.

Eclairage par Julien Rougé

Julien Rougé Chargé d'études naturalistes

  • 1990 Naissance à Epinal, dans les Vosges
  • 2012 Licence Analyses et techniques d'inventaires de la biodiversité à Lyon
  • 2013 Chargé d’études à la Ligue pour la protection des oiseaux de Champagne-Ardenne

Le lac du Der tire son nom de l'arbre roi de la région, derv , le chêne en langue celtique. Lors des basses eaux, on voit apparaître d'anciennes souches perchées sur leurs racines, tels des fantômes de la forêt aux mille hectares engloutis.
Il aurait pu s'appeler le lac des grues, oiseau symbole du lieu. Leur migration automnale est spectaculaire, mais toutes ne continuent pas vers l'Espagne. L'hivernage croît d'année en année, En janvier 2014, 33'000 grues ont été dénombrées sur le site. Un record ! Julien Rougé, de la LPO Champagne-Ardenne, confirme que « ce formidable emblème sert la sensibilisation à la nature. Les touristes viennent pour diverses activités récréatives sur le lac, mais la LPO accueille le public le week-end sur les digues en mettant à disposition des longues-vues. La Fête de la grue est aussi un événement très attendu et populaire. A contrario, il faut gérer le dérangement des grands rassemblements d’oiseaux par les activités nautiques » , concède le naturaliste.
En hiver, les grues ne sont pas les seules. Oies rieuses, oies des moissons, cygnes de Bewick, plongeons, garrots, macreuses… aucun autre site continental n’offre une telle diversité « et pour certaines espèces comme le cygne chanteur ou le harle piette, c’est le premier site français ». Quelle protection pour les oiseaux ? « Il existe des zones de quiétude et une réserve de chasse pour le repos des canards, les grues sont attirées loin des zones conflictuelles de semis agricoles, les prairies sont fauchées et enfin l’île de Chantecoq est régulièrement défrichée pour permettre l’alimentation des oies en hiver » , conclut l’ornithologue.

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dans le PDF en bas de page.

Circuit des étangs

distance: 7,5 km

durée: 2h

  • Départ du parking au Port de Chantecoq, direction ouest (1).
  • Traverser la D13 puis longer la pâture par le sentier sur 500 m.
  • Avant la forêt, un petit chemin sur la droite guide vers l’observatoire de l’étang des Landres (2).
  • Revenir ensuite sur le sentier principal et continuer vers l’ouest en forêt.
  • Dans la clairière, longer la lisière sur la gauche jusqu’à l’observatoire de l’étang du Grand Coulon (3).
  • Continuer de nouveau vers l’ouest jusqu’à la chaussée principale de l’étang des Landres.
  • Au niveau de la ferme de la Pierre (4). Poursuivre vers le sud-ouest.
  • Passer entre l’étang du Grand Coulon et l’étang de la Forêt (5). Puis vers l’ouest en direction du lac du Der, franchir de nouveau la D13 puis allez sur la digue du lac pour le longer vers le nord (6) en direction du Port de Chantecoq.

Variante: randonnée (non détaillée)

distance: 15 km

durée: 4h30

Au niveau de la ferme de la Pierre, continuer vers Outines par le GR 654-GR145 puis revenir par Châtillon-sur-Broué, avec une partie sur le GR14B, jusqu’aux rives du lac du Der. Longer ensuite le lac vers le nord-ouest en direction du Port de Chantecoq.

Accès en transports publics

Gares SNCF proches : http://voyages-sncf.com

  • Saint-Dizier : +33 325 06 61 61
  • Vitry-le-François : +33 326 41 27 09 Taxis ou locations : http://lacduder.com

Manger & dormir

Restaurant Le Cheval Blanc à Giffaumont-Champaubert : +33 326 72 62 65
Gîte du Meunier à Châtillon-sur-Broué: http://gitedumeunier.free.fr

Visites et guides ornithologiques

Matériel & règles d’or

  • Longue-vue sur pied très conseillée pour profiter de la richesse ornithologique.
  • Le froid est souvent très vif et humide. Gants et bonnet obligatoires !
  • Ne pas s'aventurer pour un tour du lac en vélo au hasard (77 km !).
  • Pour le lever des grues, arriver un quart d’heure avant le lever du jour sur une digue pour profiter de l'ambiance nocturne.
  • Profiter du Festival de Montier-en-Der fin novembre ou au contraire éviter cette période pour plus de tranquillité.

Ailleurs dans la région…

A) Vitry-le-François Vitry-le-François est une agréable bourgade située au sud-est du département de la Marne. Elle héberge un patrimoine remarquable comme la Collégiale Notre-Dame du XIIe siècle. La petite ville est idéalement située entre le vignoble prestigieux du Champagne et le lac du Der. Des excursions et visites de caves sont possibles.

B) Ville festival Montier-en-Der doit son nom Monasterium in Dervo au monastère établi en 672 par les moines bénédictins. L’ancienne abbatiale a une nef romane remarquable par sa pureté et sa blancheur en contraste avec un chœur gothique illuminé par des vitraux du XIXe. Montier-en-Der accueille chaque année le Festival international de la photo animalière et de nature fin novembre.

Escapade hivernale au lac du Der en Champagne-Ardennes

© Clicbird

C) Circuit des églises L'architecture en pans de bois se retrouve également dans les édifices religieux de la région qui forment un ensemble unique en France. Un itinéraire permet de découvrir un riche aperçu de ce patrimoine. Départ à Montier-en-Der au niveau de l’Eglise Abbatiale. Pour les endurants, ce circuit de 60 km peut se faire à vélo.

D) Saint-Dizier Première ville de Haute-Marne, Saint-Dizier est le point de départ de nombreuses escapades culturelles ou de plein air au bord de la Marne.

E) Lacs de la Forêt d’Orient L’autre pays des lacs au sein d’un parc naturel régional dans le sud de la Champagne. Pour en savoir plus sur les possibilités de balades dans cette région, consultez notre article Le reflet des Templiers.

Couverture de La Salamandre n°225

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 225
Décembre 2014 - Janvier 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir