Des noisettes en attendant la truffe

La truffe, un drôle de champignon qui pousse sous terre. / © David Melbeck

Planter des noisetiers assure de bonnes petites friandises d’automne… et peut-être un jour le champignon vedette des gastronomes.

Avatar de David Melbeck
- Mis à jour le
Article d'origine par

Portes ouvertes aujourd’hui à la maison de la trufficulture à Boncourt-sur-Meuse en Lorraine. Les enfants déambulent dans les couloirs de l’écomusée en admirant le cycle du célèbre champignon savamment mis en scène. Dans un coin de l’exposition, des dizaines de plants de noisetiers ou de chênes en godets sont alignés sur une table. Ils sont destinés à la vente. Camille examine de plus près leur étiquette : « Certifié mycorhizé par la truffe Tuber uncinatum ». Incroyable, les racines de ces jeunes arbres sont connectées avec les filaments du champignon le plus recherché des gourmets : la truffe.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Une truffière fait précisément cela : favoriser le célèbre champignon en cultivant l’un de ses arbres partenaires pour récolter, après quelques années, le Graal des gastronomes. Un peu plus loin, une autre salle est dédiée à la dégustation. Nathan croque avec appétit un petit toast tartiné de beurre truffé. Il finit par lancer, la bouche pleine : « On essaye dans le jardin ? » C’est possible à condition d’être sur un sol calcaire et de s’armer de patience. Et puis, même si les capricieuses truffes manquent à l’appel au bout du compte, les noisettes, elles, offriront à coup sûr une consolation aux gourmands à deux, quatre ou six pattes.

Matériel

  • noisetiers mycorhizés certifiés
  • pelle, pioche, binette
  • arrosoir
  • déblais calcaires

Comment faire pour avoir des truffes dans son jardin

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Procurez-vous des plants de noisetiers mycorhizés certifiés via Internet (par ex. sur agritruffe.eu) ou des marchés spécialisés.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Pour chaque plant, creusez un trou de 50 cm de côté pour 50 cm de profondeur. Chaque arbuste doit être espacé d’au moins 2 mètres.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Gardez la terre noire pour aménager un petit tas au centre du trou qui sera au contact des racines. Trempez le godet qui contient le plant dans l’eau, mettez tout dans le trou et retirez le conteneur plastique.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Recouvrez les racines avec de la terre fine. Tassez légèrement et arrosez.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Parsemez le sol de déblais ou cailloux calcaires, sorte de paillage minéral riche en calcium apprécié de la truffe.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© David Melbeck

Patientez 4 à 5 ans, et même plutôt 8 à 9 ans pour espérer récolter et savourer vos truffes. En attendant, régalez-vous de noisettes.

Et encore…

Si vous plantez vos noisetiers en ligne, préférez une disposition est-ouest pour créer une zone ombragée favorable au champignon. Binez régulièrement et très légèrement jusqu’à 1 m2 autour du plant les trois premières années.

Entre la quatrième et la septième année, la présence du champignon se manifeste par la disparition localisée des plantes herbacées. C’est la preuve que votre initiative a réussi.

Les truffes sont mûres entre septembre et décembre mais quasiment indétectables. Il faut l’aide d’un chien spécialement dressé pour les localiser.

En plus des noisetiers mycorhizés, vous pouvez planter une haie d’espèces compagnes de la truffe avec fusain d’Europe, genévrier, viorne obier, bourdaine, alisier, érable champêtre, prunellier et autres fruitiers sauvages.

Règles d'or

Oubliez si votre terrain est acide, gorgé d’eau ou déjà riche en champignons. Préférez une zone engazonnée ou une terre longtemps cultivée.

Des noisettes en attendant la truffe - La Salamandre

© Fotolia

Le champignon et l’arbre

La truffe mène une vie entièrement souterraine et entretient, de manière invisible, de profitables relations avec les arbres.

Il existe 34 espèces de truffes en Europe, plus de 100 à travers le monde. Les plus renommées sont la truffe noire du Périgord Tuber melanosporum (> ci-contre) et la truffe de Bourgogne Tuber uncinatum. Leur taille varie entre la noisette et la pomme de terre. Contrairement aux champignons classiques, tout le cycle de vie de la truffe se déroule sous la surface du sol. C’est donc une espèce dite hypogée. Elle est aussi symbiotique : en associant leurs filaments aux racines de certains arbres, les champignons augmentent considérablement leur surface d’échange avec le sol. La truffe fournit eau et éléments minéraux à son partenaire végétal. En retour, celui-ci ravitaille le champignon en sucres fabriqués par la photosynthèse. C’est un échange mutuellement profitable.

Pourquoi les champignons sortent-ils surtout en automne ? Réponse ici.

Accédez à toutes nos activités famille.

Retrouvez tous nos bricolages.

Couverture de La Salamandre n°242

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 242
Octobre - Novembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir