De la vie dans mes vignes

Huppe fasciée / © José Manuel Armengod

Etienne Bétrisey, vigneron encaveur, exploite ses vignes de manière respectueuse de l'environnement. D'année en année, il améliore ses techniques et les traitements sont faits le plus possible avec des produits naturels. Témoignage

Avatar de Nathalie Jollien
- Mis à jour le
Article d'origine par

Etienne Bétrisey

Vigneron encaveur

à Ayent (Valais)

Nous n’utilisons presque plus de pesticides dans nos vignes.

«Chaque année, j’améliore la manière dont j’exploite mes vignes en étant toujours un peu plus respectueux de l’environnement. Je cultive cinq hectares sur les coteaux nord de la vallée du Rhône, un peu en amont de Sion.

Quand j’ai repris les rênes de l’exploitation familiale en 2011, j’ai continué sur la lancée de mon père qui était déjà très engagé pour la nature. Nous voulions avoir de la vie dans nos vignes. Nous avons donc planté des arbres fruitiers et des buissons notamment pour les oiseaux. De plus, les murs en pierres sèches ont été maintenus. Ces aménagements ont payé puisque aujourd’hui toute une faune s’est approprié les lieux. On voit par exemple de nouveau la huppe fasciée dans les parages.

De la vie dans mes vignes - La Salamandre dessin ambroise heritier pesticide cage

© Ambroise Héritier

Nous n’utilisons presque plus de pesticides. Les traitements sont faits le plus possible avec des produits naturels. Nous nous servons par exemple depuis quelques années d’un mélange de lait écrémé, d’extraits d’algues et de soufre contre le mildiou et l’oïdium. Au lieu d’utiliser des herbicides, nous fauchons de temps à autre les interlignes.

Pour ce qui est des zones inaccessibles à la faucheuse, je viens de trouver une solution. Il y a quelques jours, je me suis procuré une machine qui peut désherber mécaniquement sous les rangs de fil de fer entre les ceps. Je me réjouis de la tester ce printemps.»

Vous connaissez des gens qui s’engagent personnellement pour la nature ? Alors racontez-nous à courrier(at)salamandre.net

Les alignements de ceps renferment une faune et une flore à valoriser. Pour observer et apprécier la vigne autrement, suivez nos conseils.

Continuez votre lecture avec le témoignage de Paulin Mercier qui s'engage lui aussi pour la nature.

Couverture de La Salamandre n°239

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 239
Avril - Mai 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir