Un monstre au jardin ! – étape#81

© Jean-Philippe Paul

Mi-taupe, mi-grillon, la courtillière paraît tout droit sortie d'un film de science-fiction. Ce soir, l'alien pointe son nez près du jardin. Sauve qui peut ?

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Ce soir, j'aperçois un insecte sombre qui traverse le chemin de terre. Un grillon des champs ? Non, trop long. Une fois nez à nez avec l'animal, pas de doute, c'est elle. Les jardiniers en parlent comme de l'ennemi public numéro un. Grillon-taupe ou courtillière, peu importe son nom, elle hante les cauchemars des fans de râteaux et de brouettes car elle est réputée vorace. Elle doit faire vite pour rejoindre le talus d'en face avant que le faucon crécerelle en fasse son casse-croûte.

Je remarque qu'elle est dodue et que ses ailes sont peu développées. C'est donc une grosse larve qui va bientôt devenir adulte ou imago. On dirait une écrevisse terrestre avec des mains de taupe et des appendices buccaux en forme d'antennes d'escargot. Quelle bestiole !

Comme ses cousins les criquets, grillons et sauterelles, la courtillière chante grâce au frottement de ses ailes – élytres. Bientôt, lors des soirées humides et douces de mai, sa musique monotone animera les prairies et les terrains au sol meuble.

Aurais-je dû la zigouiller pour épargner mes patates ? Bien sûr que non. La terreur du potager doit vivre sa vie. Comme tous les insectes ou presque, elle est en déclin à cause de la disparition des prairies et l'usage des pesticides. Dans ma région, les entomologistes lancent même une enquête cette année pour mieux connaître sa répartition.

Pour être honnête, j'ai quand même une pensée pour mes jeunes pousses de radis et petits pois, j'espère qu'elle ne les trouvera pas. Par chance, la courtillière est omnivore et saura aussi se régaler de limaces et lombrics.

Le 22 avril 2019 - étape#81

C'est le moment d'éclaircir les jeunes pousses de radis, de repiquer les semis de tomates et autres plants bichonnés maison. L'occasion de découvrir une foule de larves d'insectes et autres invertébrés qui vivent dans le sol.

A lire : notre dossier Voyage au centre de la terre.

A consulter pour bien jardiner : Le Blog de la Ferme de Sainte Marthe.

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».