Du vert dans les assiettes lausannoises

Commerce d’un genre particulier, La Brouette met du durable et de la proximité dans l’estomac de ses clients.

Avatar de Naïké Trim

Article d'origine par

Vue de l’extérieur, La Brouette ne se distingue pas des autres magasins du quartier de Maupas. La richesse de cette coopérative se dévoile uniquement à ceux qui prennent le temps de pousser sa porte. Née du pari de neuf amis, cette échoppe prône la durabilité auprès de ses clients et les aide à s’alimenter sainement. Ici, pas de secret sur le contenu de l’assiette et empreinte écologique limitée, avec des produits de proximité.
« Notre philosophie est de promouvoir l’agriculture locale et responsable », explique Margaux Mauran, la gérante de l’enseigne. « Nous voulons aussi favoriser le lien direct entre consommateurs et producteurs, sans passer par des grossistes. En évitant les intermédiaires, ce mode de fonctionnement permet de proposer des produits à un prix accessible pour le client, tout en rémunérant correctement le travail des producteurs. » Pour achalander ce commerce, un bénévole part deux fois par semaine avec la camionnette de La Brouette et récupère les denrées sur les lieux de production. Des produits secs aux frais, en passant par des huiles essentielles et des cosmétiques, on trouve de tout dans cette coopérative simplement meublée de palettes en bois.

Notre philosophie est de promouvoir l’agriculture locale et responsable.

Les gens en ont assez de devoir conditionner des emballages qui prennent trop de place et polluent. Ici tout se vend en vrac ! « Ce n’est pas quelque chose de nouveau. L’idée est venue de la manière dont on pratiquait autrefois dans les villages. Aujourd’hui, les gens en ont assez des emballages qui prennent trop de place et polluent. » Ainsi, les clients se présentent avec leurs propres bocaux ou paniers.

La Brouette a été créée grâce à une campagne de financement participatif. L’aboutissement de ce projet a demandé beaucoup de persévérance, de temps et de motivation. Si des épiceries semblables existent en Suisse romande, elles prennent rarement la forme de coopérative comme La Brouette ou la coopérative des Halles à Neuchâtel. Equitable, ce commerce ne recherche pas le profit. Il mise sur le bénévolat et la volonté de ceux qui souhaitent s’alimenter sainement et durablement en favorisant l’économie locale. « L’agriculture conventionnelle appauvrit le sol. Les cultures biologiques sont incontournables si on souhaite consommer des aliments sans produits chimiques tout en préservant la Terre. »
A La Brouette, Margaux est plus qu’une vendeuse et répond volontiers aux questions des clients en leur glissant parfois une idée de recette.

Cette philosophie vous parle ? Rejoignez La Brouette en tant que bénévole ou lancez votre propre projet de coopérative ! > benevolat@labrouette.ch

Dans les Hautes-de-France, la martre loge en hôtel 4 étoiles.

Couverture de La Salamandre n°244

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 244
février - mars 2018
Article N° complet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».