Construire une cabane en saule

Cabane vivante en saule tressé / © Benoît Renevey

Coupez, plantez et tressez des brins d'osier puis construisez une véritable cabane vivante.

Avatar de Frédéric Lisak
- Mis à jour le
Article d'origine par

Imaginez que, dans un coin du jardin, se dresse une cabane d’enfant… Une cabane tipi qui pousserait et grandirait ! En utilisant une plante merveilleuse, le saule, ce rêve va devenir réalité, ainsi que bien d’autres constructions vivantes au jardin.
Attendez novembre, que les feuilles des arbres tombent, et rendez-vous au bord des lacs et des rivières. Vous y trouverez forcément des représentants de la tribu des saules, des arbres et arbustes qui aiment les sols frais et humides.
Les saules ont des propriétés extraordinaires. Pour commencer, leur écorce contient une substance antidouleur et anti-fièvre appelée acide salicylique. L'industrie chimique s'en est inspirée pour synthétiser l'aspirine. Ensuite, quand on le coupe, le saule a le pouvoir de repousser avec une vigueur redoublée. Voilà qui fait le bonheur des castors qui raffolent de ses tiges tendres, mais aussi des vanniers qui utilisent ses rejets longs et souples pour tresser toutes sortes d'objets. Et enfin, ses branches coupées sont capables de prendre racine en quelques jours pour peu qu'on les trempe dans de l'eau ou qu'on les mette en terre. Mettons à profit cette force vitale pour créer une véritable construction vivante.

Matériel

  • 12 grands rejets de saules de 1,50 m de longueur
  • 4 ou 5 fagots de branches plus petites de saules ou de noisetiers
  • un plantoir
  • un couteau
  • un arrosoir
  • du raphia

Planter, construire puis bichonner

L’arbre idéal pour réaliser une cabane, c’est donc le saule : vous en trouverez facilement au bord de l'eau. Pour assurer un maximum de chances de repousse à vos boutures, il est important d'attendre la chute des feuilles avant de prélever des rameaux. Sinon, faites un tour dans votre quartier. La fin de l'automne, c’est l’époque de la taille et les jardiniers seront heureux de donner leurs branches coupées.

Coupez au sécateur 12 grands rejets d'environ 1,50 m de long. Pelez l'écorce du pied de ces perches sur 15 cm, sans abîmer le bois. Puis tracez au sol un cercle d'environ 1 m de diamètre représentant l'emplacement du tipi en utilisant un compas improvisé avec une ficelle. Marquez cette limite avec de la craie, une traînée de plâtre ou quelques cailloux.

Creusez tout au long de ce pourtour 12 trous de 20 cm de profondeur en laissant un espace libre de 30 cm pour la porte.

Disposez ensuite les 3 plus grosses perches en triangle et attachez-les à leur sommet. Répartissez ensuite régulièrement les perches restantes : on doit avoir 3 perches entre chacune des 3 grosses, sauf au niveau de la porte.

Liez le tout solidement au sommet. Rebouchez les trous avec de la bonne terre et du terreau, tassez le sol autour de chaque bouture géante que vous venez de réaliser.

Elevez des murs avec les fagots de branches souples : entrelacez-les entre les montants des perches en commençant par le bas. Ne les serrez pas trop pour laisser la place aux jeunes branches qui vont pousser au printemps.

Arrosez régulièrement et copieusement : les branches de saule, pour reprendre, ont besoin d’énormément d’eau. Au début, il faut leur offrir au moins 2 gros arrosages par semaine.

Dès le premier été, entrelacez sans les couper ni les abîmer les jeunes rameaux qui ont poussé le long des perches. A l’automne, coupez les extrémités qui dépassent à l’intérieur ou à l’extérieur, elles pourraient griffer.

Coupez également les rejets supérieurs pour favoriser le développement des pousses de la base. Quant aux rejets de la base, continuez de les tresser et de les attacher entre les perches, votre cabane n’en sera que plus étoffée.

Une tontine à capucines

Pour reproduire une tontine des fleuristes, prenez un beau pot en terre cuite. Remplissez-le d’un mélange de terre végétale, puis plantez tout autour 6 brins de saule de 60 cm de long à lier ensemble à leur sommet. La tontine est prête à recevoir quelques graines de capucines, des haricots d’Espagne, un pied de cornichon ou de melon… A vous de voir, l’important étant tout simplement de choisir une belle plante grimpante.

Une haie en losanges

Plutôt qu’une cabane pour vos enfants, vous pouvez aussi utiliser les branches de saules pour créer des haies de séparation, aux motifs divers, variés… et vivants. Pour ce faire, plantez les tiges selon une ligne, mais en biais, par groupes de deux ou trois : un groupe dans un sens, un groupe dans un autre… pour former un motif de losanges. Nouez avec du raphia chaque intersection. Vous pouvez ensuite rajouter une plante grimpante fleurie à l'enchantement de ce mur végétal : capucine, liseron ou chèvrefeuille.

Cette activité vous a plu? Découvrez 3 autres activités à faire avec un saule.

Couverture de La Salamandre n°230

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 230
Octobre - Novembre 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir