Constellation poissons

© Fotolia

Qu’ils soient ronds comme le poisson-lune, à nez pointu ou à œil globuleux, bedonnants ou à ventre plat, minuscules ou gigantesques, les poissons forment un monde à part entière, le plus diversifié des vertébrés. Rien que sur les rivages d’Europe de l’Ouest, entre Méditerranée, mer de Norvège et océan Atlantique, ils représenteraient plus de 850 espèces. Concluons ce dossier par un plouf dans l’eau salée pour effleurer l’étourdissante richesse de nos voisins à nageoires.

Avatar de Jean-Philippe Paul

Article d'origine par
Bécasse de mer

© Mattia Dantonio / Alamy

Long bec

Avec son fin museau et son épine dorsale, la bécasse de mer figure parmi les bonnes bouilles inconfondables des fonds marins du sud de l’Europe. Elle vit en bancs près du fond.

Gobiidé

© Reinhard Dirscherl / Alamy

Famille nombreuse

Les gobiidés comptent près de 120 représentants. Généralement de petite taille, ils possèdent deux nageoires dorsales et vivent sur le fond.

Pas de salades

Il n’existe aucune vraie limace en mer. Pourtant, nombreuses sont les créatures appelées limaces de mer. Certains mollusques gastéropodes surtout, caractérisés par leurs branchies à l’arrière du cœur. Mais aussi certains cousins des anémones de mer. Et enfin des poissons liparidés.

Rascasse

© Bruno Guénard / Biosphoto

Attention venin

Connues pour leurs épines très venimeuses, les rascasses n’ont pas bonne réputation. Ces poissons de fond ont la particularité d’arborer des
lambeaux de peau sur
le corps.

poisson plat

© Michael Pitts /Naturepl.fr

Droitier ou gaucher

Sole, flétan, limande ou encore rombou sont des poissons aplatis latéralement. Lors du développement, un œil rejoint l’autre sur une même face. Deux yeux à gauche comme le turbot ? Couché sur le côté gauche avec binocle à droite, comme une plie ? Attention, entre gauchers et droitiers, il y a des farceurs atypiques couchés du mauvais côté par rapport à leurs congénères.

Morue

© Franco Banfi / Naturepl.fr

Destin de festin

Cabillaud ou morue, ce poisson n’aurait -il qu’une valeur culinaire ? Oui, si l’on en croit le recul de 95 % de ses populations, tristement qualifiées de stocks, à cause de la surpêche. Gadus morhua préfère les eaux à moins de 10°C et doit donc également faire face au réchauffement de l’Atlantique.

Groupe de girelles-paon

© Ophius sub / Alamy

Palette tropicale

Ce superbe poisson aux couleurs éclatantes est originaire des eaux chaudes du sud et de l’est de la Méditerranée. Depuis 15 à 20 ans, la girelle-paon progresse vers le nord et a même atteint l’Atlantique. Elle fait partie des labridés, la seconde plus grande famille de poissons marins après les percidés.

Esturgeon

© Jelger Herder / Biosphoto

Trop convoité

Quasiment exterminé pour sa chair et le caviar, l’esturgeon européen est un grand migrateur qui passe la plupart du temps en mer mais se reproduit en eaux douces. Le bassin Dordogne-Garonne-Gironde abrite la dernière population sauvage.

Espadon

© Biosphoto

Nez pointu

Avec son rostre long, large et plat, l’espadon n’est pas le seul poisson équipé d’une épée au bout du museau. Son cousin le voilier de l’Atlantique présente une nageoire dorsale très haute en forme de voile. Le marlin de Méditerranée arbore quant à lui un rostre plus court. Ces prédateurs rapides vivent au large et sont de grands migrateurs.

Sardine

© Paulo de Oliveira / Biosphoto

Tous en bancs

Encore un poisson victime de sa chair. Contrairement à son cousin le hareng, confiné dans le nord de l’Europe, la sardine vit aussi en Méditerranée. Elle nage en ondulant et zigzagant au sein de bancs nombreux.

Thon

© Emmanuel LATTES / Alamy

Cousins en boîte

Les thons sont des nageurs rapides atteignant 2 voire 3 mètres de long. Prisés par les pêcheurs et les consommateurs, certains comme le thon rouge sont menacés. Les maquereaux, de taille bien plus modeste, font partie de la même famille des scombridés.

Congre

© Biosphoto

Serpent de mer

Lorsqu’il y a anguille sous roche, on peut avoir affaire à un congre ou à une murène. Ces poissons serpentiformes sont des prédateurs qui se cachent dans des cavités. Ce sont de lointains cousins des anguilles.

Diable de mer méditerranéen

© Jean-Pierre Buisson

Voilier sous-marin

Comme les requins, les raies sont des poissons cartilagineux. A la différence des premiers, leurs fentes branchiales sont situées sous le corps. Vous pensez avoir vu une raie manta en Méditerranée ? C’est le diable de mer méditerranéen qui présente une bouche ventrale et un anneau sombre derrière la tête.

Requin peau bleue

© Mike Korostelev / Biosphoto

Requin peau bleue

Les requins sont des poissons cartilagineux. A la différence des raies, leurs fentes branchiales sont sur les côtés du corps. Une petite cinquantaine d’espèces souvent rares fréquentent les eaux françaises métropolitaines. Le requin peau bleue peut atteindre 5 mètres de longueur, le requin pèlerin, 10 mètres.

Couverture de La Salamandre n°247

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 247
août - septembre 2018
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».