Comment se porte le hérisson d’Europe ?

Le hérisson d’Europe a-t-il encore une place hors du jardin dans la nature sauvage ? / © Cyril Ruoso

L'effectif des hérissons est à la baisse, mais il n'existe pas d'études précises sur la question. Les explications de Pierre Rigaux, expert en la matière.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Pas bien. Ses effectifs diminuent sur tout le Continent En Grande-Bretagne, le hérisson aurait décliné de 30 % depuis 2002. Cet insectivore souffre beaucoup de la disparition des haies, de l’utilisation de pesticides (voir ci-dessous) dans l’agriculture et dans les jardins, ainsi que de l’expansion rapide des villes et des zones industrielles. Sans parler de la densification du réseau routier qui, comme chacun sait, en détruit des milliers de façon directe. Dans beaucoup de campagnes, les hérissons ne trouvent plus leur place.

*Pesticide

nom masculin

Substance chimique utilisée pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles pour l’agriculture, la forêt, la santé ou l’hygiène.

Outre les insecticides et les herbicides, on connaît les fongicides contre les champignons, les parasiticides contre certains vers, les rodenticides pour lutter contre les rongeurs ou encore les bactéricides et les virucides.

Une pétition circule actuellement en France et annonce la disparition de ce mammifère d’ici 2025. Qu’en pensez-vous ?

Les pétitions ont le mérite d’alerter, même si elles peuvent contenir quelques imprécisions ou exagérations. En fait, il n’y a pas de chiffres fiables car il n’y a pas de suivi suffisamment précis dans la plupart des pays. Cela n’empêche pas de constater un déclin qui semble bien réel.

Vraiment, il n’existe pas d’études précises sur cette espèce chez nous ?

Quelques études locales existent mais, comme souvent, les animaux dits communs sont moins suivis que les plus rares. Et la notion de commun peut masquer une tendance préoccupante. Le hérisson reste une espèce encore bien répandue qui trouve refuge dans certains endroits préservés, comme des jardins périurbains fournis en végétation et peu concernés par les pesticides. Mais pour combien de temps ?

Comment participer activement à la protection de ce sympathique mammifère ?

Pour les jardiniers, conserver des buissons et des recoins sauvages ainsi que proscrire les anti-limaces et autres poisons. Pour les agriculteurs ou propriétaires de grands espaces, garder et replanter des haies et des bandes herbeuses en bord de champs. Pour les aménageurs, concevoir systématiquement des passages à faune sous les routes. Pour les citoyens, militer sans relâche dans son pays, son canton ou sa région pour un aménagement du territoire alternatif au tout béton.

Vous trouverez une pétition appelant à donner un statut juridique aux bénévoles qui veulent soigner les hérissons orphelins ou blessés et suppléer au manque de centres de soins sur ce lien : change.org/p/sauvons-les-hérissons-en-danger

Visionner également la Minute Nature n°47 de Julien Perrot, SOS bébés hérissons.

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir