Comment la cistude passe-t-elle l’hiver ?

Lorsqu’un rayon de soleil la tire de sa somnolence hivernale, la cistude remonte à la surface pour prendre une bulle d’air et jeter un œil. / © age fotostock / Alamy

Patrick Luneau, cinéaste animalier passionné de cistude nous explique comment fait cet animal à sang froid quand l'eau gèle autour de lui.

Avatar de Christine Wuillemin
- Mis à jour le
Article d'origine par

Les grands froids qui reprennent leurs droits entre novembre et mars ne posent aucun problème à cette tortue d’eau douce. Elle se met à vivre au ralenti pour économiser son énergie et se réfugie au fond de son étang, dans la vase, sous une touffe d’herbes ou une souche immergée. Les battements de son cœur se réduisent à quelques pulsations par minute, elle ne se nourrit plus et ne remonte à la surface qu’occasionnellement pour respirer. Elle somnole ainsi durant des semaines, voire des mois, surtout si une couche de glace recouvre son plan d’eau. Mais attention, elle n’hiberne pas, elle **hiverne*** ce qui lui permet de fuir rapidement en cas de danger.

Comment fait-elle pour rester aussi longtemps sans respirer ?

La peau de ce reptile est couverte de minuscules protubérances remplies de capillaires sanguins finement ramifiés. Elles lui permettent de capter 10 % de l’oxygène contenu dans l’eau, puis de le diffuser dans son sang. De plus, une circulation d’eau établie entre le nez et la bouche ainsi qu’au niveau des vessies lombaires ravitaille les muqueuses en oxygène. Ce système permet à la cistude de tenir jusqu’à six mois sans utiliser ses poumons.

Et comment cet animal se prémunit-il du froid ?

Il est tout simplement extrêmement résistant. Même les jeunes nés à l’automne sont capables de survivre à des températures allant jusqu’à -10° C. Il y a une vingtaine d’années, un naturaliste de Brenne a retrouvé une cistude figée dans la glace. Il l’a ramenée chez lui et, une fois le bloc fondu, la tortue s’est remise à bouger comme si rien ne s’était passé.

Qu’est-ce qui vous surprend le plus chez la cistude ?

C’est son incroyable capacité d’adaptation aux différentes conditions climatiques alors qu’il s’agit d’un animal à sang froid. Si au nord de l’Europe, elle hiverne pour résister aux températures négatives, elle sait aussi estiver pour survivre aux périodes de sécheresse dans les régions méditerranéennes. Là-bas, lorsque les rivières s’assèchent durant l’été, cette tortue aquatique se réfugie au frais sous les cailloux en attendant le retour de la pluie.

*Hivernation

nom féminin.

Somnolence hivernale agitée de nombreux réveils avec une hypothermie modérée, adoptée notamment par l’ours ou le blaireau. A ne pas confondre avec l’hibernation, pratiquée par la marmotte ou le hérisson. Elle consiste en une hypothermie régulée, de durée plus ou moins longue, permettant l’économie d’énergie. Le métabolisme ralentit et puise dans les stocks de graisse accumulés
préalablement.

Apprenez-en plus sur la cistude dans notre dossier complet : Dans la peau d'une tortue.

Vous voulez voir la cistude sous tous ses angles ? Découvrez notre film Dans la peau d'une tortue en DVD.

Il est 8h, vous vous réveillez tout engourdi. Surprise ! Ce matin, vous n’êtes pas dans votre lit douillet mais plongé dans une jungle aquatique sous un mètre d’eau. Vous pourriez penser qu’il y a erreur, que l’endroit est inadapté pour un animal supérieur comme vous. Et pourtant non, tout est plus que normal. Car ce matin, vous êtes une tortue, plus exactement une cistude d’Europe. Alors, êtes vous prêt à enfiler votre carapace ?

Cliquez ici pour commander le film.

Couverture de La Salamandre n°249

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 249
Décembre 2018 - Janvier 2019
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».