Comment arroser malin

Arroser, c'est tout un art! / © Frèdèrique Bidault / Biosphoto

En été, les plantes ont besoin de beaucoup d’eau. Comment faire pour arroser simplement … et que chaque goutte atteigne sa cible ?

Avatar de Frédéric Lisak
- Mis à jour le
Article d'origine par

Asperseurs esthétiques, goutte-à-goutte programmables, tuyaux enterrés… On trouve aujourd’hui dans les jardineries tous les systèmes possibles et imaginables d’arrosage automatique. Seulement voilà : outre le coût souvent élevé de ces installations, ces dernières conviennent surtout à des jardins uniformes, pelouses ou potager en monoculture. Vos collections de plantes, toutes de taille et d’exigence différentes, ne s’y retrouveront pas forcément…
Alors vive l'arrosage manuel, soit au tuyau, soit à l’arrosoir. Oui, cela peut être un plaisir d'apporter à chaque culture exactement ce dont elle a besoin, pour guetter l’assoiffée et redresser la trop lourde.
Et puis, en arrosant au tuyau, on apportera au pied des plantes la quantité suffisante pour humidifier la terre en profondeur, permettant ainsi au réseau de racines de bien s’ancrer, au lieu de se limiter à quelques racines superficielles, ce qui rend les plantes encore plus dépendantes d'une eau quotidienne.
Jardiner futé, c'est faire le plus possible avec la nature et le moins possible contre. Alors, pourquoi vouloir maintenir à tout prix une pelouse bien verte en plein été, quand on sait qu’aux premières pluies de septembre, les graminées qui la composent passeront naturellement d’un jaune paille sec à une teinte plus présentable ? Quant à l'eau qui tombe du ciel à chaque orage, il est possible de la récupérer avec une grosse bassine ou une citerne en bas d'une gouttière…

Les 3 règles d'or de l'arrosage

Copieux ! Au jardin, mieux vaut un arrosage abondant tous les 4 ou 5 jours qu’une aspersion superficielle quotidienne. Pourquoi ? Tout simplement pour que l’eau pénètre bien dans le sol et qu’elle soit en contact direct avec les racines.

Au pied, le soir ! N’arrosez jamais en plein soleil, l’eau s’évaporerait très vite et les plantes n’en profiteraient pas. Agissez de préférence le soir ou le matin de bonne heure, surtout au pied des plantes plutôt que sur leur feuillage pour éviter le développement de maladies.

Point trop ! L’excès d’eau est aussi mauvais que son manque : si vous mettez votre doigt dans le sol et que la terre est collante et gorgée d’eau, il y en a trop. Si au contraire elle est sèche et poussiéreuse, c’est qu’il en faut d'urgence. Au toucher, la terre doit être fraîche et souple.

Comment arroser malin

Arroser un arbre

Et les arbres ?

Les jeunes arbres ont d’importants besoins en eau les 3 premières années qui suivent leur planta­tion. La période critique, c’est leur première saison. En règle générale, pensez à les arroser au moins une fois tous les quinze jours avec environ 15 litres d’eau par arbre, à déverser doucement autour du pied. Vous pouvez aussi placer 5 cm de paille au pied des arbres, ce qui maintiendra leurs racines au frais.

Comment arroser malin

Paillage végétal

Paillis fraîcheur

Répandez un couvert végétal au pied de vos plantations, elles vous en seront reconnaissantes ! Paille, feuilles mortes, pelouse, écorces de pin ou sciure. Qu’importe, le but est le même : créer sur le sol un tapis qui va retenir la fraîcheur et l'humidité, conserver le sol souple et empêcher le développement de plantes concurrentes.
Les arrosages s’en verront donc réduits d’autant… et les apports d’engrais aussi, puisque cette matière va se décomposer, offrant peu à peu à vos cultures un apport organique non négligeable.

Comment arroser malin

Goutte-à-goutte fait maison

Goutte à goutte…

Vous pouvez faire un goutte-à-goutte idéal avec une simple bouteille en plastique : remplissez-la d’eau et bouchez-la soigneusement. Avec un clou et un marteau, faites un trou dans le fond de la bouteille, ainsi que 4 petits trous dirigés dans des directions opposées sur les côtés du goulot. Retournez votre bouteille et observez l’eau s’écouler au goutte-à-goutte. Si l’eau coule en filet, vos trous sont trop gros, si elle ne s’écoule pas, ils sont trop petits. Quand vous avez le bon débit, installez la bouteille tête en bas dans le pot de fleurs. Avec ce système, vous pourrez partir quelques jours en vacances sans craindre que vos plantes s’assèchent. Et n’oubliez pas de mettre des coupelles sous vos pots pour récupérer l’excès d’eau.

Faites votre réseau d'irrigation

Dans les pays tropicaux, les jardiniers ont inventé des systèmes d’irrigation là où la pluie manque. Ces réseaux de petits canaux et de vannes permettent d’arroser de grandes surfaces en jouant sur les pentes et sur l’ouverture des vannes. Vous pouvez réaliser le même système dans votre potager, pour peu que votre terrain soit légèrement en pente. Pour ce faire, cherchez d’abord le point le plus haut du potager. Tracez ensuite un quadrillage de petites rigoles qui vont emmener l’eau au pied de toutes vos cultures.
Placez le tuyau d’arrivée d’eau au point haut et ouvrez le robinet faiblement. L’eau va circuler doucement dans votre réseau d’irrigation, rafraîchissant les racines des plantes, sans mouiller leur feuillage… et sans fatigue pour vous ! Les petites vannes (de simples briquettes) vous permettront de gérer la circulation de l’eau.

Et plein d'autres astuces à découvrir dans notre rubrique jardinage.

Couverture de La Salamandre n°223

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 223
Août - Septembre 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir