Comme un poisson dans l’eau

Castor sous l'eau, avec une branche de saule entre les pattes. / © Nicolas Van Ingen

L'eau est l'élément de prédilection du castor. Le rongeur amphibie y passe l'essentiel de son temps en parfaite sécurité.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Blam! Un coup de fusil retentit au bord de la rivière, accompagné d'une gerbe d'eau. Aucun chasseur dans les environs. C'est tout simplement un castor qui vient de frapper la surface d'un formidable coup de queue. La détonation produite par le rongeur fait sursauter l'ennemi. Elle prévient également tous les autres membres du clan familial qui disparaissent en un éclair. Mais si l'alerte est produite par la queue d'un jeune, les adultes ne bronchent pas. Ils savent dans ce cas qu'il s'agit d'un jeu.
Dans l'eau, le castor est en sécurité. Il est léger, il vole à la surface, pattes avant et oreilles plaquées contre le corps, torpille parfaitement profilée. Aucun loup ni chien ne viendra l'y poursuivre. Ou alors, ce sera aux risques et périls du prédateur que le mammifère est capable d'entraîner en profondeur et de noyer. Car il a le temps, le bougre! Une plongée de routine dure 60 à 120 secondes, mais il pourrait rester jusqu'à quinze minutes sous l'eau.
Pour tenir aussi longtemps, le bièvre stocke d'importantes quantités d'oxygène dans ses muscles et dans son cœur. Il en conserve également dans des ramifications spéciales de ses vaisseaux sanguins, ainsi que dans son foie exceptionnellement développé. Cet organe détruit également au fur et à mesure de la plongée les substances toxiques produites par son métabolisme. Enfin, ses pulsations ralentissent de 130 à 50, voire jusqu'à 10 battements par minute. Gavé d'oxygène et presque en stand-by, le castor est le roi de l'apnée.

Le ciré et la doudoune

La fourrure du castor est une merveille qui permet de rester des heures dans une eau glacée sans attraper froid. La combinaison de plongée proprement dite est faite de jarres, des poils longs de 5 à 7 centimètres. Mouillés, ils se plaquent immédiatement les uns contre les autres en formant une couche imperméable qui glisse dans l'eau. En dessous, les poils de bourre forment une laine courte et ultra-serrée qui isole du froid. Le ventre du castor compte 23'000 poils au cm2. Le seul mammifère au pelage encore plus dense est la loutre. A titre de comparaison, nous n'avons que 300 cheveux sur un cm2 de notre crâne.

Double propulsion

En plongée, le castor se propulse en battant simultanément des deux pattes arrière. Largement palmées, celles-ci agissent comme des nageoires hyper efficaces. En même temps, la queue bat de bas en haut et de haut en bas, une ondulation que le castor prolonge avec tout son corps. A la surface, le rongeur pagaie alternativement avec ses deux nageoires jusqu'à une vitesse de 7 km/h.

Regardez le castor nager dans la bande-annonce du film de Vincent Chabloz Les nouveaux castors.

Quand il plonge, le castor obture ses narines et ses oreilles, contracte son cloaque et recouvre ses yeux d'une membrane translucide. En plus, l'arrière de sa langue peut se relever contre le palais, ce qui lui permet d'ouvrir la gueule pour transporter des branches ou les ronger sous l'eau sans se noyer.

Aller plus loin

La minute nature ép. 1 : L'éléphant ou le castor?

Couverture de La Salamandre n°211

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 211
Août - Septembre 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir