Eclosions en Aveyron

Perché sur un éperon rocheux, le village médiéval de Combret a connu trois châteaux forts au cours de son histoire. / © Fleur Daugey

Dans le Sud, autour du village de Combret, la nature s'empresse de sortir de l'hiver pour revêtir des atours chatoyants. Balade botanique entre vieilles pierres et libre rivière.

Avatar de Fleur Daugey
- Mis à jour le
Article d'origine par

Aveyron, Grands Causses, pays de Roquefort… Des noms qui fleurent bon le Sud et font rêver le promeneur avide de contrées préservées. C'est là qu'un petit village médiéval résiste encore et toujours aux panneaux publicitaires et aux immeubles de béton. Niché depuis douze siècles dans la boucle du Rance, le village de Combret est le point de départ d'un voyage sauvage.

Murs vivants

Nous voilà en mars. Un printemps hâtif se presse entre les murs de pierres sèches qui bordent les chemins. Autrefois, ils soutenaient les cultures en terrasses et la vigne. Aujourd'hui, c'est l'érable de Montpellier et le chêne pubescent qui ont repris leurs droits. Souvent à l'abandon, les murs sont toujours là et abritent une flore qui s'enracine dans la terre accumulée dans ses interstices.
Le nombril de Vénus décore les pierres rouges de ses épaisses feuilles en forme de disque. Au Moyen Age, il était considéré comme magique et utilisé dans les philtres d'amour. Au bord du sentier et sur les coteaux à la végétation rase, une splendeur vient colorer la fin de l'hiver : l'orchis mâle, le plus précoce des orchis, exhibe ses fleurs allant du rose pâle au violet. Certaines, dépourvues de pigmentation, peuvent rester blanches. Et voici un hybride entre l'orchis mâle et l'orchis de Provence, reconnaissable à ses inflorescences plus trapues. La couleuvre de Montpellier apprécie également les murs. A cette époque, elle y est nichée, encore endormie.

Tapis d'azur

Le sentier quitte les alentours du village pour s'engager vers des paysages ouverts. De grandes étendues d'herbe verte s'offrent au regard. Verte ? Non, bleue ! La véronique de Perse s'épanouit en de minuscules fleurs si nombreuses qu'elles colorent des champs entiers. Bientôt, elles seront broutées par les brebis qui donnent leur lait au célèbre fromage de Roquefort.

Rivière fleurie

En revenant vers Combret, on retrouve sa rivière. Le Rance s'écoule au gré de ses humeurs. Parfois, il semble paresseux pour finalement se dépêcher de courir entre les rochers. Il accueille sur ses berges saules et aulnes, qui aiment vivre les pieds dans l'eau. L'hellébore fétide grandit aussi sur les rives. Les jours de beau temps, elle offre un nectar apprécié aux bourdons et aux premières abeilles. Pulmonaire, monnaie-du-pape et ail des ours égaient la prairie qui borde le cours d'eau. Il est temps de rentrer. A l'auberge, dont la tour est un vestige d'un château du XIVe siècle, un chocolat chaud nous attend.

Eclairage par Marie-Claire Barthélémy

Balade à Combret en Aveyron

Marie-Claire Barthélémy / © Fleur Daugey

Marie-Claire Barthélémy Botaniste et mycologue

  • 1966-1996 Préparatrice en pharmacie au Bousquet d'Orb dans l'Hérault.
  • 1996 Membre de l'Association Mycologique et Botanique de l'Aveyron dès sa création.
  • 2015 Guide régulièrement des balades botaniques et des visites historiques et naturalistes du village de Combret.

Erigé sur un éperon rocheux, le village de Combret est construit de pierres de grès rouge. Rien de tel pour accueillir une flore rupestre. On peut faire une sortie botanique très intéressante sans quitter les rues du village.
La botaniste Marie-Claire Barthélémy explique avec enthousiasme : « La mairie limite très sérieusement l'usage des herbicides afin de laisser la flore s'épanouir dans les rues et sur les murs… Sans oublier les toits ! Les lauses, ces lourdes pierres plates dont on recouvrait autrefois les toitures, se couvrent entièrement de végétaux. » La roche commence par se peupler de lichens, puis de mousses, ce qui crée petit à petit un substrat pour d'autres plantes. Nombre d'entre elles sont des crassulacées comme l'orpin blanc ou la joubarbe des toits. Ces plantes succulentes sont adaptées aux fortes chaleurs et au manque d'eau. Les toits sont aussi le domaine de la saxifrage continentale qui forme de magnifiques coussinets fleuris. Elle colonise aussi les rochers nombreux à affleurer dans les ruelles. Cette spécialité locale est endémique du Massif central, dont l'Aveyron marque la limite méridionale.
Dans les murs, on remarque la giroflée des murailles qui fleurit au tout début du printemps et la linaire cymbalaire, qui laisse pendre ses délicates fleurs mauves. Dès la sortie du village, voici la primevère officinale, communément appelée coucou. Marie-Claire Barthélémy me glisse à l'oreille : « On raconte que saint Pierre, en extase devant la beauté du printemps, aurait laissé tomber sur Terre les clés du paradis. Celles-ci auraient germé, offrant à la nature la primevère, à la fois don du Ciel et clés du printemps. »

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dans le PDF en bas de page.

La grande boucle

distance:16 km

dénivelé: 200 m

durée: 5h

  • (1) Du village, remonter la D91 en gardant la rivière sur la droite. Avant le pont, prendre le sentier qui grimpe sur la gauche. Suivre le balisage jaune.
  • (2)Après avoir retrouvé la route qui mène au haut du village sur quelques centaines de mètres, bifurquer sur la gauche le long d'un chemin bordé de vieux murets.
  • (3) Descendre vers la ferme de Terraignes (terre de feu) en laissant la ferme de Layrolles sur la gauche.
  • (4) De Terraignes, poursuivre par la route jusqu'au hameau du Ran. Descendre jusqu'au Rance pour le franchir sur un pont. Traverser la D91 qui coupe le sentier.
  • (5) Gagner la crête puis traverser la châtaigneraie pour atteindre le village de Combret (1).

Et pour le lendemain… Visite du village médiéval de Combret. On découvre son histoire grâce à de nombreux panneaux d'information. Se renseigner à la mairie pour visiter l'église et admirer son plafond étoilé et sa fresque où sont représentés des oiseaux qui ressemblent à des hirondelles. Mairie : +33 5 65 99 64 58

La courte balade 1h Depuis la place du bas du village, prendre le sentier des Parédous avant le pont. Longer la rivière jusqu'à un imposant noyer et remonter à droite le long du coteau. Le chemin rejoint le haut du village.

Accès en transports publics

Minibus à la demande depuis St-Affrique.
+33 565 99 67 82

Horaires

En voiture: Depuis Saint-Affrique ou Albi, suivre la D999 puis la D91 jusqu'à Combret.

Manger & dormir

Auberge de la Tour à Combret Chambres d'hôtes et repas concoctés avec des produits locaux. +33 565 97 77 73

Matériel & règles d'or

  • Chaussures de marche, vêtements chauds ainsi qu'à boire et à manger en suffisance.
  • Tenez compte des prévisions météo.

Ailleurs dans la région…

Balade à Combret en Aveyron

Rougier de Camarès

A) Rougier de Camarès On croirait débarquer sur la planète rouge ! Des oxydes de fer confèrent une couleur cramoisie à un désert de dunes miniatures. Le rougier de Camarès vaut le déplacement. Il abrite de plus une flore très particulière.

B) Sommet de l'Aveyron Avec une altitude de 1110 m, le Merdelou est l'un des plus hauts sommets de l'Aveyron. Son nom provient de l'occitan merdellon qui signifie mer de loin. En effet, par temps dégagé, il offre une vue sur la Méditerranée.

C) Montaigut et les Causses Magnifiquement rénové, le château médiéval de Montaigut est au carrefour de deux paysages à couper le souffle. Il fait face au Rougier et s'adosse aux Causses. Prendre le sentier qui monte vers ces derniers. Un vrai paradis s'offre aux orchidophiles au printemps et ravira aussi les ornithologues. Les vautours fauves survolent fréquemment le lieu.

D) Berges du Tarn La vallée du Tarn propose d'innombrables possibilités de randonnées au fil de l'eau. Rendez-vous au coquet village de Brousse-le-Château pour un pique-nique sur les berges du fleuve sauvage et majestueux.

E) Cirque de Saint-Paul-des-Fonts Depuis le Viala-du-Pas-de-Jaux, un sentier de randonnée offre une vue extraordinaire sur le cirque de Saint-Paul-des-Fonts. Dans ce village, l'espace botanique Hippolyte Coste, du nom du célèbre botaniste aveyronnais, propose une exposition moderne et ludique.

Couverture de La Salamandre n°226

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 226
Février - Mars 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir