Surgies des sommets

Née au mois de juin précédent, cette coccinelle a passé l’hiver entre de gros blocs recouverts de neige. / © Gilbert Hayoz

Quand la montagne accouche d’une, de dix, de mille coccinelles, quel spectacle !

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Qui peut être assez fou pour passer tout un hiver sur des crêtes battues par les vents ? Personne. Un véritable miracle se produit pourtant à la fonte des neiges sur le flanc sud de nombreux sommets. Quand la surface des rochers atteint 10 à 12 °C, une masse d’insectes miraculés fait surface pour quelques heures. Ce sont des coccinelles qui surgissent des failles étroites, quittant leurs refuges de mousse et de litière.

La chaleur aidant

Jour après jour, les insectes reprennent force dans leur solarium de pierre et d’herbes sèches, entrebâillant les deux pans de leur carapace pour se réchauffer au plus vite. Que le temps fraîchisse, que le jour décline, elles se replient au fond des failles.

Chacun de leurs points noirs agit comme un panneau solaire qui réchauffe leur ventre et y réactive des glandes oubliées tout l’hiver. Tandis que les ovaires des unes mûrissent, les spermatozoïdes des autres sont fabriqués par millions. Les mâles, plus prompts au réveil, vont bientôt donner le signal des amours.

© Gilbert Hayoz

A table !

A leur réveil, les coccinelles ont perdu environ la moitié de leurs réserves de graisse. Affamées, elles mangent tout ce qui passe à leur portée : collemboles et autres petits insectes, ou encore pollen de fleurs précoces comme cette drave faux aïzoon.

Comment encourager les coccinelles à rester dans votre jardin cet hiver dans l’intérêt de vos plates-bandes ? Réponse ici.

Retrouvez la totalité du dossier consacré aux coccinelles : Sur la piste des coccinelles.

Couverture de La Salamandre n°173

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 173
Avril - Mai 2006
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir