Chauds les machos

Ce mâle cistude tente de s'accoupler avec une femelle (en-dessous) / © Hellio - Van Ingen

Toujours dans la peau d'une cistude, vous entrez en période de reproduction. Méfiez-vous des mâles. Ce sont de petites brutes auxquelles le printemps fait perdre la tête.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

La fin de la belle vie

En mars, vous vous êtes péniblement réveillée. Puis, après une dizaine de jours de jeûne, vous avez progressivement réactivé votre système digestif en gobant tout ce qui passait à votre portée. Vous avez quand même faim, même si vous n’avez perdu que 5 à 10 grammes de graisse en six mois de léthargie profonde. Bref, avril va pour le mieux dans le monde de la cistude, au milieu des potamots quand vous recevez la visite d’un importun. Car le redoux donne de drôles d’idées à certaines cistudes attirées par votre parfum semble-t-il irrésistible.

© Stéfane Gautier

Assiégée par un mâle

Prenez cet énergumène qui vous rejoint au fond de l’eau. Qu’est-ce qui lui prend de vous grimper dessus ? Avec ses griffes, il se verrouille solidement aux rebords de votre carapace, il vous griffe, il vous mord méchamment. Evidemment, c’est un mâle gorgé d’hormones reconnaissable à ses longues pattes, à sa taille modeste et à son plastron légèrement concave, une botte secrète pour mieux s’accoler à votre dossière convexe.

© Hellio - Van Ingen

L'heure du supplice

Cette attaque surprise vous met en danger. Car, chargée comme une mule, vous voilà trop lourde pour remonter respirer à la surface. Vite, marchez sur le fond pour rejoindre en catastrophe la rive ou un haut-fond. Et lui, pendant que vous vous dépêchez, que fait-il, le nigaud ? Il ne trouve rien de mieux à faire que de vous mordre la tête pour vous immobiliser. Quel plouc ! Pour la suite de ses agissements, je n’irai pas dans tous les détails. Vous avez compris que les amours de la cistude sont très rustiques. C’est un pugilat qui peut durer plusieurs jours.

© Hellio - Van Ingen

De cette rencontre marquante, il vous reste des cicatrices sur le cou, la tête et les pattes, mais aussi surtout des spermatozoïdes introduits dans votre ventre. L'union secrète de quelques-uns de ces voyageurs flagellés avec vos ovules va déclencher le miracle d'une nouvelle génération, en moyenne six à neuf œufs que vous déposerez délicatement en terre deux mois plus tard.

Couverture de La Salamandre n°235

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 235
août - septembre 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir