Checkpoint au col de Jaman

Le col de Jaman voit passer durant les saisons de migration quantités d'oiseaux. / © Benoît Renevey

Echancrure au pied de la Dent de Jaman et des Verraux, trait d’union entre Vaud et Fribourg, le col de Jaman est un lieu de passage séculaire. Jadis pour les hommes, aujourd'hui encore pour les oiseaux.

Avatar de Benoît Renevey
- Mis à jour le
Article d'origine par

La Perche, dernière station avant le terminus. Devant moi, La Grande Chaux de Naye retient le soleil pourtant généreux plongeant la combe dans une ombre fraîche et humide. L’air vivifiant retentit des appels des chocards à bec jaune. Le sac bien calé sur le dos, j’entame la descente parmi les rhododendrons et les aulnes verts.

Roitelet huppé / © Benoît Renevey

En aval, le soleil s’écoule par le col de Bonaudon, inondant la Montagne d’Amont. Une toiture brille au cœur du pâturage. Le chemin passe à côté du chalet Mont d’Amont. Profitons-en pour admirer la couverture de tavillons. L’origine de cette technique remonte au XIIIe siècle. Ce toit a été restauré par la commune de Montreux en 2008. On a préféré l’authenticité, l’esthétisme et la durabilité à la tôle ondulée. C’est réjouissant.
Pâturages et éboulis font petit à petit place à des prés humides arrosés par un ruisseau d’humeur baladeuse. Sorbiers, érables et églantiers jaunissants se mêlent aux épicéas. Enivrée par la douceur du soleil, une ronde de mésanges et de roitelets peu farouches s’agite dans la frondaison. Encore quelques foulées et voilà le col de Jaman.

Vin et fromage

On dit qu’au milieu du XIXe siècle, les facteurs de Château-d’Oex et de Vevey échangeaient ici leurs sacoches. Mais le col a été le théâtre de commerce entre Vaud et Fribourg bien avant cette date. Des fromages sont passés de la Gruyère à Lavaux alors que le vin empruntait le chemin dans l’autre sens. Chacun y trouvait son compte! Cette voie de communication a été utilisée jusque vers 1880. De nos jours, un transit intense mais discret persiste. Des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs empruntent le col chaque année. Les sommets alentour forment barrage et poussent les volatiles dans cet étranglement.

© Benoît Renevey

Vol de nuit

Passé sur l’autre côté, me voici engagé sur le flanc ouest des Verraux. La mosaïque de pâturages et de bosquets est particulièrement attractive pour les oiseaux. De nombreux merles, grives, rougegorges, fauvettes, mésanges et autres passereaux se gavent de petits fruits qu’offrent avec générosité buissons et arbustes. Dans le ciel, quelques centaines d’hirondelles gobent tout en migrant le plancton aérien. L’étape, gastronomique, est vitale pour ce monde ailé. Ce soir, la plupart d’entre eux repartiront direction sud-ouest, préférant voler dans la fraîcheur et la protection que leur offre l’obscurité.

« Enivrée par la douceur du soleil, une ronde de mésanges et de roitelets peu farouches s’agite dans la frondaison. » / © Benoît Renevey

Rougegorge pris dans les filets du col de Jaman / © Benoît Renevey

Bague à la patte

Des observations ornithologiques ont lieu au col de Jaman depuis 40 ans. Une station de baguage y existe depuis 1991. Chaque année, des filets sont tendus du début août à la mi-octobre. En 20 ans, 150'000 oiseaux de 125 espèces différentes ont été bagués. Le site est fameux durant la migration automnale. Les oiseaux qui descendent l’Intyamon le long d’un axe migratoire NE-SO se heurtent à la barrière formée par la Cape au Moine et Les Verraux. L’enfilade du col est la première ouverture, c’est un passage obligé à moins de voler au-dessus de 1900 mètres. Cette position stratégique fait de Jaman l’un des sites de baguage les plus importants de Suisse. Les oiseaux ne sont pas les seuls à s'y faire attraper. En 20 ans, pas moins de 3000 chauves-souris de 20 espèces ont été marquées. La grande noctule, une espèce rare et des plus mystérieuses, en fait partie.

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dans le PDF en bas de page.

Le tour de la Dent de Jaman

La Perche – Col de Jaman – Le Paccot

dénivelé: 175 m en montée, 530 m en descente

durée: 2h00

  • Depuis l’arrêt La Perche, suivre le panneau indicateur jaune col de Jaman (1) puis se fier au balisage rouge et blanc.
  • A l’intersection (2), continuer tout droit sur le col de Jaman. A l’entrée de la forêt, emprunter le chemin inférieur (3).

La Cape au Moine

Col de Jaman – Col de Soladier – jonction itinéraire rouge

dénivelé: 460 m en montée, 530 m en descente

durée: 3h00

  • Prendre le sentier balisé rouge et blanc à droite du chalet (4).
  • A l’intersection (5), un aller-retour jusqu’au col vaut la peine.
  • Poursuivre ensuite sur le col de Soladier (6).
  • Retour à flanc de coteau jusqu’à la route (7).
  • A l’épingle à cheveux (8), emprunter le chemin supérieur et le suivre jusqu’à la halte Le Paccot.

Accès en transports publics

Haltes de La Perche et Le Paccot sur la ligne Montreux – Rochers-de-Naye. Horaires sur cff.ch.

Hébergement et tuyaux gourmands

Office du tourisme de Montreux Riviera. +41 848 86 84 84

Buvette de Jaman , 20 lits en dortoir. Nuit et petit déjeuner. Spécialités de croûte au fromage, macaronis du chalet, tomme chaude sur salade. +41 21 963 50 40.

Le Manoïre, chambres à deux lits avec petit déjeuner.

Cabane de Jaman, 32 lits en dortoir ou 021 946 10 93.

Pour les passionnés

On peut télécharger les rapports annuels de la station de baguage ou s’inscrire pour participer activement en tant que bénévole ou comme civiliste.

Epilobes a feuilles etroites / © Benoît Renevey

Règles d'or

  • En montagne, les conditions météorologiques peuvent changer rapidement. Se renseigner avant de partir et prévoir les habits adéquats.
  • Les parcours proposés présentent un important dénivelé nécessitant une bonne condition physique.

Eclairage par Lionel Maumary

Lionel Maumary

Lionel Maumary est passionné par les oiseaux depuis tout petit. Président du Cercle ornithologique de Lausanne, collaborateur de la Station ornithologique suisse, il est l’initiateur et coauteur de l’ouvrage de référence « Les Oiseaux de Suisse ». Le baguage au col de Jaman s’est développé sous son impulsion. Il transmet son savoir et son enthousiasme lors d’excursions guidées et de voyages à l’étranger qu’il propose via birdline.ch

A) Fromages gourmands « Au col, une fromagerie de démonstration a été inaugurée en été 2010. On y fabrique de mai à septembre, sous vos yeux, le fameux fromage de Jaman, le sérac et d’autres spécialités traditionnelles. Une réalisation qui s’inscrit dans le projet du Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut. »

B) Fleurs multicolores « Situé à 2045 m, aux Rochers-de-Naye, le jardin alpin La Rambertia abrite 1000 espèces de plantes alpines dont 600 variétés locales. Pris entre deux éperons rocheux sur un versant très incliné, il offre des conditions d'altitude typiques. Accès en 10' à pied depuis la gare terminus des Rochers-de-Naye ».

C) Terriers vivants « Pour les enfants, le Marmottes Paradis ! On y découvre 14 espèces de marmottes venant d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Des caméras et des guignettes dévoilent la vie intime de ces rongeurs. Une expo ludique apporte un riche complément d’informations. Situé à proximité de la gare des Rochers-de-Naye, le parc est ouvert toute l’année. »

D) Forêt d'exception « De belles étendues de myrtilles et une forêt âgée, parfois clairsemée, recouvrent le sommet du Molard et la crête qui le prolonge vers le sud. Des oiseaux exigeants y vivent : bécasse des bois, gélinotte, tétras-lyre, pic tridactyle et chouette chevêchette se reproduisent dans cette mosaïque de milieux ouverts et fermés, riche en bois mort. C’est ici que fut observé en 1970 l’un des derniers grands tétras des Alpes vaudoises. »

Couverture de La Salamandre n°211

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 211
Août - Septembre 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir