Jardin terre d’asile – étape#44

© Jean-Philippe Paul

Et si la mangeoire était un refuge sûr pour l'un des oiseaux les plus prisés des trafiquants ? Tu es chez toi ici, joli chardonneret aux ailes d'or.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Ce début d'hiver est riche pour les oiseaux du jardin. Nettement plus que l'année dernière. J'observe jusqu'à soixante pensionnaires en même temps sur les deux mangeoires. Parmi ces joyaux, le bouvreuil, le grosbec et le pinson du Nord sont un véritable régal pour les yeux.

Mais mes préférés du jour, sont les chardonnerets. L'un d'entre eux est particulièrement belliqueux. Il passe son temps à chasser tout le monde du tapis de graines de tournesol, mais il en oublie de manger. Je ne me lasse pas de sourire devant sa stratégie douteuse. Malheureusement, je ne peux m'empêcher de penser au trafic déplorable dont cet oiseau strictement protégé fait encore l'objet entre la Belgique et les pays du sud de l'Europe. Début octobre, la police française de l'environnement a procédé à une opération d'envergure au marché aux oiseaux de Paris. Résultat : 14 personnes ont été interpelées. Parmi les 21 passereaux saisis puis confiés à un centre de soins, le chardonneret était majoritaire. Tristement surnommé "l'oiseau à 10 € le gramme", il est aujourd'hui menacé dans plusieurs pays dont la France.

Je me réjouis de protéger cette petite bande de 10 ou 15 carduelis, comme un trésor au jardin. Tant qu'ils sont ici, ils ne risquent pas de se faire piéger.

Le 26 novembre 2017 - étape#44

Connaissez-vous le rapport entre le chardonneret et un certain cépage de vin ? Réponse dans notre voyage dans les vignes.

Articles sur le même sujet

Réagir