Poilu et dodu comme un bourdon ?

© Ambroise Héritier

Si un jour la providence vous réincarnait en insecte, feriez-vous un bon bourdon ? Notre test en guise d’amuse-bouche.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Vous vous voyez plutôt…

A) Taille fine, costume coupé serré, rayures or sur noir, masque de samouraï. Top classe !
B) Poilu, dodu, ventru… mais sous la fourrure que du muscle !
C) Résolument marcheur, pattes d’acier, robe brun-roux. Des ailes parfois, mais leur vol ne durera pas.

© Ambroise Héritier

Où logez-vous ?

C) Citadin pure souche, vous êtes né et vivez dans une cité immense reliée à d’autres villes par de larges autoroutes.
A) Vous baroudez volontiers. Mais votre camp de base est un HLM collectif en papier mâché. Léger, résistant, design.
B) Votre tribu habite une cabane de cire dissimulée dans la litière ou à l’intérieur d’une galerie de mulot ou de campagnol.

Poilu et dodu comme un bourdon ?

© Ambroise Héritier

Vous aimez…

B) Dans les fleurs, tout est bon ! Le pollen, le nectar… si possible préalablement mâchouillés par d’autres que vous.
C) Une tranche de punaise, une rondelle de chenille, le tout arrosé d’une bonne rasade de miellat de puceron.
A) Sirop sucré volontiers… mais surtout de la viande fraîche à volonté.

Vous n’aimez pas…

A) Les insecticides vaporisés sur votre cité, les pique-niqueurs stressés qui font des gestes brusques pour vous empêcher de travailler.
B) La canicule, les griffes du blaireau et les squatters en tous genres.
C) Les hivers trop longs. Les staphylins et autres coléoptères pique-assiettes qui osent se servir chez vous.

Poilu et dodu comme un bourdon ?

© Ambroise Héritier

Et quand l’hiver arrive ?

C) Vous attendez le retour des beaux jours en serrant les mandibules dans les profondeurs de votre vaste palais.
A/B) Vous mourez tous. Peut-être une future reine sauvera-t-elle votre race en se cachant jusqu’au printemps.

Poilu et dodu comme un bourdon ?

© Ambroise Héritier

En bon bourdon, comment vous défendez-vous ?

A) Vous usez de votre dard empoisonné.
B) Vous fuyez. Ne dégainez votre aiguillon qu’en dernier ressort.
C) Vous projetez de l’acide jusqu’à 25 cm de haut !

Vous vivez avec…

B Une reine et quelques dizaines, tout au plus jusqu’à 300 ouvrières sœurs.
A) Une reine ventrue avec jusqu’à deux ou trois mille ouvrières en fin d’été.
C) Des centaines, voire plus de mille reines. Et des ouvrières sœurs si nombreuses que personne ne les a jamais dénombrées.

© Ambroise Héritier

Alors, plutôt a, b ou c ?

Dans les trois cas, votre karma vous offre une belle vie d’hyménoptère, un grand groupe d’insectes à succès dans lequel on compte de remarquables espèces sociales.
Parmi elles, les guêpes germaniques par exemple (A) sont plutôt mal vues car parfois agressives. Les fourmis des bois (C) aux colonies gigantesques suscitent l’admiration générale. Quant aux bourdons dodus et velus (B), eh bien ce sont des insectes exceptionnellement populaires. Ces abeilles rondouillardes (oui, ce sont des abeilles !) pollinisent gratuitement nos potagers, nos vergers et nos cultures maraîchères. Sans elles, point de tomates ni d’aubergines ! De plus, elles ont la réputation d’être pacifiques, bien organisées et travailleuses. Des citoyennes modèles en quelque sorte au service d’un système politique évidemment idéalisé, qu’on soit de droite ou de gauche.
Qui dit bourdon pense paysages bucoliques, prairies fleuries multicolores qui d’ailleurs se raréfient terriblement… Bien malgré lui, cet animal sympathique est devenu l’icône publicitaire de nombreux produits plus ou moins éco- ou biologiques. Mais à part cela, de sa vie que sait-on ?

Couverture de La Salamandre n°226

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 226
Février - Mars 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir