Le bouquet des coucous – étape#9

Le jardin abrite beaucoup de fleurs sauvages qui célèbrent le printemps. Certaines ont un nom d'oiseau, ou peut-être est-ce l'inverse ? Coucou !

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Aujourd'hui, c'est chasse au trésor. Tout commence avec la rencontre d'une minuscule fleur blanche. Pas la bourse à pasteur mais sa cousine de la même famille des choux (Brassicacées). C'est la cardamine hirsute avec ses fruits en bâtonnets appelés siliques. La botanique... quel jargon ! Autant en faire un jeu...

Je m'imagine alors en pollinisateur collectionneur qui veut trouver au moins dix fleurs sauvages jusqu'à la lisière du bois. Un seul pas ou plutôt un coup d'ailes me suffit pour arriver près de la primevère officinale, celle qui jaunit la campagne avant les pissenlits et que l'on surnomme coucou. Un peu plus loin, quelques violettes odorantes me permettent de goûter à la famille des Violacées. Près des vieilles pierres moussues se cache un petit personnage bleu : c'est un lierre terrestre. Cette Lamiacée n'a rien de commun avec le vrai lierre. Beaucoup plus haute que sa cousine hirsute, la cardamine des prés est en train de fleurir sous le cognassier. Déjà ? Je l'attendais en avril. Un peu à droite, classique des pelouses, la pâquerette rayonne comme toute Astéracée digne de ce nom. Encore deux mètres et voici la ficaire fausse-renoncule, ce charmant astre jaune qui annonce la lisière. Sa blanche voisine à l'ombre des frênes, Renonculacée également, porte le double prénom d'anémone sylvie. Où en suis-je ? Huit espèces, quel festival !

Je continue vers ces étoiles couleur bleuet qui honorent la famille des Liliacées : les scilles à deux feuilles. Un peu de rose, de rouge et de pourpre sur la même plante, me voilà devant la pulmonaire officinale (Boraginacée). Un dernier saut à l'entrée du bois pour vous présenterla primevère élevée, grande sœur élégante et pâle du coucou. Cette seconde Primulacée porte le score à 11 espèces de 8 familles différentes. C'est gagné !

Toutes ces merveilles végétales et sémantiques en seulement quelques mètres dans le jardin !

Jolie coïncidence, j'entends le soir même mon premier coucou... à plumes cette fois-ci ! Son voyage à lui a été autrement plus long que le mien.

25 mars 2017 - étape#9

Le bouquet du coucou - La Salamandre

Etape 9 du Voyage au jardin. / © Jean-Philippe Paul

Suivez chaque semaine l'itinéraire de ce voyage plein de surprises 100 % nature entre le jardin et le pas de la porte. Chaque fois, c'est une observation authentique, datée, localisée et illustrée dans ce carnet de route.

Retrouvez l'étape#8 avec Les gardiens du canyon.

Une semaine sur deux, le Voyage au jardin est envoyé par e-mail aux abonnés de la rubrique.

Réagir