Petite bise sur la Joux

Le lac de Joux dans toute sa splendeur, vu depuis le sommet de la Dent de Vaulion. / © Sofia Matos

Cachée entre marais, falaises, plages et forêts, la vallée de Joux est un refuge idéal pour les chamois. Rencontre un jour de vent.

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Article d'origine par
Balade dans la vallée de Joux - La Salamandre

Patrick Deleury veille sur les chamois.

Allongé entre deux plis verdoyants du Jura, le lac de Joux est une destination paradisiaque prisée par les touristes. Même après les vacances d’été, le plus grand plan d’eau du massif jurassien s’anime de nombreuses embarcations et fait encore rôtir les dos sur ses bancs de galets clairs. Fuir ? Surtout pas, les plages bondées cèdent vite la place à des criques préservées et sauvages. Leurs falaises ensoleillées abritent un usager balnéaire des plus surprenants : le chamois.

Tête de lac !

Vous avez dit chamois ? « Cet adepte du vertical sait très bien nager ! On en dénombre une soixantaine autour du lac de Joux », explique gaillardement Patrick Deleury, garde-faune du secteur. Partis de la gare du Sentier, nous accompagnons l’Orbe qui plonge dans le marais de la tête du lac. Niché dans un bosquet de bouleaux et de pins, l’estuaire sauvage offre un panorama enchanteur sur la vallée. Cette ancienne plantation à la beauté nordique, destinée à protéger les habitants de l’impitoyable bise qui sévit dans la vallée, grignote des terres au détriment du marécage. Des coupes d’entretien font la discipline pour maintenir ces milieux riches et fragiles.

Balade dans la vallée de Joux - La Salamandre

Bouleau / © Fotolia

Passoire géante

Comme des éclaireuses, de splendides libellules rouge vif, les sympétrums (voir notre article), rasent le bitume devant nous. Le chemin quitte bientôt les rives pour saluer la crête et ses pâturages boisés. Sur fond de hêtres et d’épicéas, quelques sorbiers des oiseleurs aux grappes mûres bruissent sous un vent léger mais continu. Une lumière tamisée souligne les couleurs naissantes de l’automne.

Au loin, le lac joue à cache-cache derrière le feuillage. Avec la danse des nuages, il passe rapidement de l’émeraude au turquoise. Imaginez qu’en ses profondeurs, l’eau se faufile en secret dans les fissures de la roche calcaire avant de ressurgir quelques kilomètres plus loin dans les grottes de Vallorbe. Le karst jurassien est une vraie passoire !

Scène de famille

Il est temps de rendre visite à nos chamois par quelques sentiers de traverse. « Bonne connaissance des lieux, patience et silence ! » tels sont les ingrédients d’une observation réussie selon Patrick Deleury. Ses pas font à peine crisser les graviers. Le garde-faune suit une coulée qui mène au repaire de ces ongulés, une pente abrupte plongeant dans le lac. « Le matin, ils montent vers le sentier des crêtes pour brouter puis viennent se réfugier ici au calme. » Soudain, l’observateur s’immobilise. Une femelle et deux jeunes se tiennent en contrebas, leur regard craintif rivé sur nous. « Quand la chèvre met bas, le petit de l’année précédente est mis à l’écart. Le deuxième cabri que l’on voit n’est donc pas le sien. » On devine qu’elle a adopté un orphelin.

Balade dans la vallée de Joux - La Salamandre

Sorbier / © Fotolia

L’homme de terrain s’est assis et contemple le lac. « Depuis une dizaine d’années, la population de cet ongulé diminue sans que je trouve cela inquiétant. Il y a l’arrivée du cerf, la prédation, notamment par le lynx, ainsi que des hivers rigoureux et des printemps humides. Mais aussi les tirs des chasseurs qui étaient importants il y a quelques années. » Un coucou l’interrompt. Mais ce n’est que sa sonnerie de téléphone : une astuce pour passer inaperçu aux oreilles des animaux. Tout le contraire de cet hélicoptère qui traverse le ciel sans grande finesse. «Les chamois en ont peur», se révolte celui qui connaît ce mammifère comme sa poche... d’uniforme.

Surprise de bise

Le garde-faune est appelé pour une autre mission. Je traverse seule le dernier pâturage en méditant ses conseils. Prendre son temps avec la nature, voilà la clé. Le vent s’intensifie et des feuilles prennent leur envol en nuées papillonnantes. Délogé, un grand corbeau survole le lac qui s’est assombri en un tournemain. L’eau frissonne. La bise s’est levée.

Après quelques foulées, tête baissée contre ce maudit vent, je lève les yeux face à deux grandes billes noires. Une sorte de masque tribal orné de cornes, rayé de blanc et de brun, me dévisage à six mètres à peine. Figé de surprise lui aussi, un chamois ne m’avait pas entendue ni sentie grâce au vent. La bise vient de me souffler une dernière astuce...

Chargement

Tôt le matin, vous avez des chances d’observer des chamois dans cette clairière aux magnifiques sorbiers des oiseleurs.

Scrutez le ciel à la recherche du faucon pèlerin. Le rapace niche sur des falaises inaccessibles qui surplombent le lac.

Cette forêt riveraine abrite des bouleaux et des pins à crochets, essences typiques des bordures de marais. Sans entretien, ils céderaient le pas à l’épicéa.

Ce marais est un paradis à oiseaux  : martin-pêcheur, grèbe castagneux, râle d’eau... et l’un des derniers refuges du râle des genêts.

Distance : 10 km

Dénivelé : 90 m de montée, 90 m de descente

Durée : 3h30

Votre itinéraire

  • De la gare du Sentier (1), suivre l’indication Le Pont 3h25.
  • Arrivé au ponton (2), le chemin poursuit toujours sur la rive gauche de l’Orbe.
  • Dans la forêt, le point de vue de la Tête du lac (3) vaut le détour.
  • Puis le sentier longe le lac et rejoint la route au niveau du Rocheray (4).
  • Aux Esserts de Rive (5), prendre la route de droite qui longe encore le lac.
  • Après une cabane de pêcheurs (6), le sentier monte sur la gauche direction Le Lieu et débouche sur un petit parking. Prendre la route sur la droite qui s’enfonce rapidement dans la forêt le long de la crête.
  • Au bout de la crête (7) avec vue sur le lac Brenet, descendre par la droite vers Le Pont. Arrivé au lac, la gare n’est pas loin.

Variantes :

  • Rallongez d’une heure la balade par le sentier historique qui fait le tour du lac Brenet.
  • Ou faites le tour complet du Lac de Joux : prévoir 6h de marche.

Accès en transports publics

Région bien desservie par les bus et trains. Correspondances sur cff.ch

Manger & dormir

Hôtels, cabanes, camping, accueil à la ferme sur myvalleedejoux.ch/fr Onglet Hébergement
Par exemple : Relais des Artistes, maison d’hôtes avec produits de la ferme, + 41 (0)76 229 90 73

Buvettes, restaurants, tables d’hôtes... sur myvalleedejoux.ch/fr Onglet Gastronomie
Par exemple : Restaurant du Lac au Pont distingué par la confrérie du poisson d'Or, + 41 (0)21 841 12 96

Matériel & règles d’or

• Attention, zone à tiques !
• Utiliser les foyers à disposition pour faire du feu.
• Garder son chien en laisse, c’est une réserve de faune.
• Rester sur les sentiers balisés.

Balade dans la vallée de Joux - La Salamandre

© Latitude-cartagène / Contributeur de OpenStreetMap

Compléments week-end

A) Mont Tendre et sa vue panoramique
Pour atteindre le plus haut sommet du Jura suisse, de nombreux itinéraires sont possibles. Par exemple le chemin de crêtes reliant le Mollendruz au Marchairuz. Vous pourrez poursuivre votre marche jusqu’à St-Cergue et peut-être croiser en chemin la plus grande colonie de fourmis des bois d’Europe.

B) Vallée à tourbières
Burtignière, Bas des Bioux, Sagne du Sentier… Une magnifique série de tourbières vous attend au bord de l’Orbe entre le lac des Rousses et le lac de Joux. Restez sur les itinéraires balisés pour ne pas abîmer ces milieux fragiles.

C) Dent de Vaulion
Habillée de pâturages boisés typiques du Jura, cette montagne emblématique de la région est facilement accessible depuis Le Pont.

D) Forêt du Risoux
Franco-suisse, la plus grande forêt d’Europe centrale abrite une remarquable biodiversité. Une boucle de 5h part du Brassus et passe par la Roche Champion, un balcon sur le Jura français.

E) Grottes de Vallorbe
Depuis le lac de Joux, l’Orbe se fait souterraine avant de jaillir dans les grottes de Vallorbe. Durant des millions d’années, ses eaux ont sculpté la roche calcaire pour offrir un spectacle minéral d’une grande beauté.

Pour les détails et d’autres itinéraires. Voir Guide des randonnées estivales du Parc Jura vaudois.

Envie d'autres horizons ? Visitez notre page balades.

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Réagir