Après les reines, les ouvrières!

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Publié par

christophe-praz-balade-bourdons

Petite balade en forêt en prévision d’une Salamandre spécial bourdons à paraître en février-mars prochain…

Cet après-midi, sur les hauts de la ville de Neuchâtel, un homme se promène en lisière avec son filet à insectes. Objectif bourdons! Christophe Praz est biologiste spécialiste des abeilles à l’Université de Neuchâtel. Il s’intéresse tout particulièrement aux fascinantes relations entre les insectes pollinisateurs et les plantes à fleurs. Son enthousiasme communicatif a déjà enrichi un précédent dossier de La Salamandre paru en avril 2008 sur les abeilles.

Christophe raconte «Il y a quelques semaines, on pouvait voir partout de gros bourdons errer au ras du sol, explorer les tapis de feuilles mortes, s’égarer entre deux racines… En mars, ces insectes massifs, poilus et bruyants étaient tous des reines-fondatrices nées avant l’hiver. Ces exploratrices bruyantes cherchaient un trou de mulot ou une cavité quelconque où installer leur colonie, construire quelques cellules de cire et y pondre leurs premiers oeufs.»

Quelques semaines plus tard, les reines ont accompli leur périlleuse mission. Elles disparaissent dans leur nid dont elles ne sortiront plus jusqu’à leur mort en automne. Les premières ouvrières, de plus petite taille, prennent le relais pour aller chercher loin à la ronde du pollen et du nectar. Avec le pollen, elles nourrissent leurs larves, avec le nectar, elles font des réserves de nourriture pour les jours de pluie…

Pendant ce temps, à plusieurs centaines de kilomètres de là, le peintre naturaliste Benoît Perrotin observe et dessine des bourdons dans son jardin pour illustrer ce dossier à paraître en février prochain…

Articles sur le même sujet

Réagir