L’oiseau infini

Dans son édito d'avril 2013, Julien Perrot demande aux lecteurs de La Salamandre 215 d'écouter l'aigle qui plane au-dessus d'eux. Il apporte le courage.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Le ciel lui appartient. Il voit tout. Il est partout. Partout et à la fois nulle part comme un dieu de l'Olympe. La plupart du temps, il plane si haut qu'on ne l'aperçoit même pas. Ou alors, il faut froncer les sourcils pour deviner un point noir qui tournoie tout près du soleil.

L'aigle est un symbole insaisissable. Il est presque impossible de mesurer sa taille gigantesque, sa puissance inégalée. Car ses rares visites ne durent que le temps d'une attaque fulgurante. Entre deux, l'oiseau des rois vit comme suspendu au-dessus du monde.
Dans Les sept plumes de l'aigle , magnifique roman initiatique d'Henry Gougaud, on découvre qu'un rapace invisible plane peut-être en permanence au-dessus de chacun d'entre nous. Les épreuves de la vie peuvent apparaître comme des montagnes infranchissables qui se dressent devant nous. Pour notre aigle personnel, ce ne sont que des collines ! Quand les difficultés nous assaillent, lui rigole tout là-haut. Car il en mesure la vraie hauteur et nous sait capables de les surmonter.
Parfois, quand le doute ou le découragement m'envahit, je pense à mon aigle dans le ciel. J'entends alors un grand éclat de rire. Je prends mon courage à deux mains... Et je gravis la montagne.

Couverture de La Salamandre n°215

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 215
Avril - Mai 2013
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir