A la chasse aux graines

Graines et têtes de pavot / © Joanna Wnuk / Fotolia

Ah, les jolies fleurs des champs… Vous aimeriez bien les avoir dans votre jardin. Mais où trouver leurs graines ? Dans la nature bien sûr.

Avatar de Frédéric Lisak
- Mis à jour le
Article d'origine par

Récolter des semences de fleurs sauvages ne présente que des avantages : on va ainsi enrichir à peu de frais et en peu de temps la diversité de son jardin, et ce avec des espèces annuelles pour la plupart, aux formes et aux coloris souvent spectaculaires. De plus, ces espèces indigènes, pour peu qu’on les choisisse dans sa région, sont parfaitement adaptées au sol et au climat local.
Bien sûr, la récolte de graines de fleurs sauvages n’est pas simple : on a repéré en son temps de splendides taches de couleurs dans un fossé, mais impossible de se souvenir exactement de leur emplacement quelques semaines plus tard, quand tout est en graines, brun, sec, apparemment uniforme… Qu’à cela ne tienne ! D’abord, il existe des astuces pour les retrouver. Et puis, en développant votre sens de l’observation, vous constaterez que tout n'est pas si uniforme dans le monde des plantes en graines, loin de là…
La récolte de graines de fleurs sauvages présente un autre avantage, peu immédiatement évident mais important : celui d’éviter tout prélèvement définitif dans la nature. Car l’arrachage de plants sauvages pour les transplanter dans son jardin, s’il semble être une solution bien commode, n’en est pas moins une pratique à proscrire : les plantes ainsi déplacées ne peuvent bien évidemment plus se multiplier dans leur terre d’origine… Dommage, voire véritablement problématique s’il s’agit d’espèces protégées… Et puis aura-t-on vraiment le temps de replanter vite et bien dans de bonnes conditions ? Alors que les graines récoltées sèches patienteront sans problème plusieurs mois, jusqu’à ce que l’on trouve le temps nécessaire à leur consacrer.

A la chasse aux graines

Récolte des graines.

Récoltes minutieuses

Comme son nom l’indique, le porte-graine est la plante que vous allez laisser pousser jusqu’à ce qu’elle fleurisse, puis produise ses graines. La graine étant le reflet fidèle de l’espèce choisie, votre porte-graine doit être le plus beau possible, sans maladie ni défaut. Pensez à le marquer avec un piquet ou un brin de laine attaché à la tige lorsqu'il est en fleur, histoire de le retrouver plus tard.

A la chasse aux graines

Récolte des graines.

La récolte se fait lorsque les graines sont suffisamment sèches pour se conserver, sans l’être trop pour éviter qu’elles se répandent au sol au moindre contact avec la plante mère. Coupez délicatement chaque tige avec un sécateur et posez les têtes de graines sur un torchon.

A la chasse aux graines

Séchage des graines.

Séchage attentif

Les graines récoltées contiennent encore beaucoup d’humidité, certaines doivent finir de mûrir. C’est pourquoi le séchage est obligatoire. Le plus simple est de disposer votre récolte sur des torchons ou des feuilles de papier déposés dans un grenier, un garage ou n'importe quelle autre pièce à l'ombre, fraîche et bien aérée.

les jolies fleurs des champs

Le tuteur, un outil simple mais très pratique !

Tuteur repérage

Une plante qui monte en graines émet une grande tige souvent fragile, qui va devoir supporter la pluie et le vent… Pour éviter qu’elle ne se casse et que votre récolte ne se perde avant maturité, plantez un tuteur – bambou ou tige de fer – tout près d’elle.

les jolies fleurs des champs

Le tuteur, un outil simple mais très pratique !

Au fur et à mesure que la tige grandit, attachez-la avec du raphia. Bon nombre de plantes sauvages, si elles sont isolées et hautes, doivent bénéficier de ce régime de faveur.

A la chasse aux graines

Conservation des graines.

Conservation longue durée

Après un mois de séchage environ, vous pouvez séparer les graines des tiges. Les petites graines sont triées à la main et au tamis fin ; les plus grosses peuvent être battues sur une aire propre, le carrelage de la cuisine par exemple, puis triées.

A la chasse aux graines

Conservation des graines.

Le stockage idéal est l’enveloppe en papier : elle permet à la graine de respirer. Inscrivez le nom de la plante et la date de votre récolte. En attendant le moment des semis, conservez vos sachets de graines dans un lieu sec, bien aéré et à température constante.

les jolies fleurs des champs

Glands et feuilles de chêne. / © Anton Ignatenco

Et des bébés arbres ?

Des glands, des marrons, des châtaignes, des faînes de hêtre… A l’automne, les arbres se délestent eux aussi de leur cargaison de graines. Profitez-en ! Prenez le temps de bien choisir vos spécimens. Ne ramassez que ceux qui ne sont ni rongés ni percés et qui paraissent gonflés de réserves. Mais avant de se lancer dans l’aventure, il est important qu'elles aient un temps de repos. Installez-les confortablement dans des pots au fond rempli de sable et complété avec un mélange de terreau et de terre. Arrosez un peu, déposez un sac en plastique dessus et laissez au frais pendant plusieurs semaines. Vous pouvez mettre plusieurs graines par pot mais au printemps suivant, quand les premières feuilles seront sorties, il faudra choisir et ne garder que le plus beau sujet.

Récolter et semer des graines peut aussi s'apparenter à un acte de rébellion douce, suivez Michaël Falkowski !

Les belles sauvageonnes

Elles adorent les terres remuées chaque automne et égayaient autrefois les champs de céréales. Elles, ce sont les plantes messicoles devenues rares avec l'intensification de l'agriculture. A semer chez vous !

les jolies fleurs des champs

Dessin de coquelicot, Papaver rhoeas. / © Maéva Arnold

Le coquelicot

Vivant autrefois presque uniquement dans les champs de céréales, le coquelicot surgit aujourd’hui aussi sur la terre remuée des chantiers de construction, le long des autoroutes, sur les talus des voies de chemin de fer… Ses graines noires et fines germent en octobre sur une terre retournée. Ses jeunes plantules surgissent en hiver déjà.

les jolies fleurs des champs

Dessin de bleuet, Centaurea cyanus. / © Sylvain Leparaoux

Le bleuet

Cette petite plante est originaire des régions méditerranéennes. Elle s’est répandue en Europe grâce aux cultures de céréales, transportée sous forme de graines dans les sacs de blé. Ainsi, les laboureurs favorisaient sans le savoir son semis au milieu des champs de blé, d'orge et de seigle.

les jolies fleurs des champs

Dessin de nielle des blés, Agrostemma githago. / © Sylvain Leparoux

La nielle des blés

Cette grande annuelle de la famille des œillets poussait autrefois en abondance dans les champs de blé du sud de l’Europe. Aujourd’hui, elle est en voie de disparition, n’étant pas parvenue comme le coquelicot à s’adapter aux terrains modernes… Attention, ses graines sont toxiques.

Couverture de La Salamandre n°229

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 229
Août - Septembre 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir