Chronique d’une rivière

Quelle place faisons-nous aux rivières pour naître et croître ? Quel chemin laissons-nous aux ruisselets pour s’écouler à travers bois et prairies ? Trop souvent, l’eau s’écoule dans un lit étroit, coincée entre deux champs. Année après année, on remblaie un peu plus des berges où traînent de vieux sacs d’engrais et des ferrailles rouillées. Heureusement, par endroits, le corset se desserre. Arbres et buissons réapparaissent sur les deux rives. Et l’eau répond, vive, magnifique. Elle façonne un cours sinueux, dénude des châteaux de racines, amasse des trésors de gravier. On n’y croyait plus et voici que renaît une rivière. D’une de ces rivières miraculées, heureux oubli ou volontaire restauration, nous avons choisi d’explorer durant tout un printemps un kilomètre. Trois artistes naturalistes ont reçu carte blanche pour peindre dans ce microcosme leurs découvertes et leurs émotions. En parallèle, nous avons invité des spécialistes à venir y recenser, observer et raconter les plantes et les animaux. Vous êtes prêt ? Avril est là, tout beau, tout frais. C’est le moment de vous laisser surprendre au fil de l’eau.


L'eau claire de cette rivière laisse apparaître des poissons. / © Jérôme Gremaud