Yin-yang à la Une

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Yin-yang à la Une

Découvrez en trois actes les coulisses d’une couverture de La Salamandre pas comme les autres.

La couverture extraordinaire de ce numéro est née neuf mois avant sa parution. Partie d’une idée originale à demi-sérieuse, elle a été transformée par un talentueux coup de pinceau puis façonnée par un œil expert. Et pourtant, jusqu’à la dernière minute, nous avons frôlé la grosse bourde sans même la voir.

1 – L’idée déclic

Fin d’été 2015. Notre rédacteur Jean-Philippe Paul présente le projet de dossier d’avril 2016 sur les cigognes à toute l’équipe lors d’un séminaire à Neuchâtel. Il a réalisé en quelques clics sur Illustrator le visuel d’une couverture factice avec le titre décalé Guiboles et nez rouges. L’idée du yin et du yang pour La Salamandre printanière est née. Sur la forme, cela ressemble à une plaisanterie. Sur le fond, le célèbre symbole a du sens pour le sujet.

projet couv1

« Quand j’ai entendu le soir même le rédac’chef Julien Perrot demander au graphiste Jean-Luc  Wisard ce qu’il pensait de cette idée de couverture, j’ai su que cette proposition limite sérieuse pouvait faire son chemin. » (Jean-Philippe Paul, janvier 2016)

2 – Le pinceau de l’artiste

Automne 2015. Nous avions choisi l’artiste Britannique et Bisontin d’adoption Nick Derry pour illustrer une partie du dossier sur les cigognes blanches. Il fallait lui soumettre cette idée de couverture! La consigne : les deux cigognes en yin et yang, ni trop graphique ni trop réaliste. En premier retour, il propose de rentrer les becs à l’intérieur du cercle symbolique. Génial et beaucoup plus chaleureux. Puis il réalise l’œuvre au pinceau. Bingo !

projet couv2

projet couv2b

« J’adore cette idée de couverture, je ne l’aurais jamais imaginée. Mon souci a été que la cigogne noire n’a pas l’œil blanc et qu’il fallait lui donner le maximum de reflets pour respecter le symbole.» (Nick Derry, février 2016)

3 – Le coup d’œil final

Début 2016. L’équipe cogite devant la future couverture avec comme guide notre graphiste Jean-Luc Wisard. Quel fond choisir pour faire ressortir les têtes ? Faut-il autant de reflets sur la noire ? Dans quel sens poser le symbole ? Jean-Luc échange alors avec Nick et lui demande quelques compléments pour créer une sorte d’écrin en plumes. Ça fonctionne ! Reste à régler la taille du cercle, laisser de la place à un titre court. Gagné, Les deux cigognes ont leur couverture.

projet couv3

«Le défi était d’intégrer de façon naturelle le dessin de Nick sur la couv’. Pour y parvenir, j’ai échancré les contours francs du motif central et demandé à Nick de me dessiner un fond de plumage blanc. » (Jean-Luc Wisard, mars 2016)

Et coup de théâtre, juste avant l’envoi à l’impression, notre correctrice Edith Grunberg a décelé une faute de frappe dans le sous-titre à la dernière minute. Depuis des jours, tout le monde focalisait sur le dessin et on a échappé de justesse à la grosse coquille.

Le choix d’une couverture de La Salamandre est toujours un moment intense. Souvent c’est un mur placardé de photos devant lequel nous évaluons les plus et les moins de chaque proposition. Puis nous confrontons les différentes options aux titres potentiels et au message principal du dossier. L’histoire de la couv’ du numéro Les deux cigognes, avec ses rebondissements, s’inscrit aussi dans notre tradition, celle d’un travail en équipe, de la première à la dernière page.

Réagir