Quand vient la fleur du vent

Pulsatille des montagnes encore fermée et toute velue, au seuil du printemps. / © Samuel Delon

La pulsatille s’offre au regard du photographe bisontin Samuel Delon. Alors que le printemps habille la belle de froufrous, l’été la dévêt de ses robes pour révéler de fines dentelles. Photos Samuel Delon Textes jean-philippe paul

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Robe de printemps

Sur certains coteaux calcaires, de curieux êtres velus émergent de terre début février. Quelques semaines plus tard, ils s’épanouissent en délicates fleurs violet lilacé ou pourpre foncé. Le timide soleil de mars caresse les six tépales de la pulsatille. En retour, une foule dorée et ronde de 200 étamines renvoie à l’astre du jour sa propre image. Avec en son centre, un œil sombre de carpelles.

Sage déshabillage

En avril, découvre-toi pulsatille. Tel pourrait être le proverbe des pelouses sèches. Adieu pétales, les fruits secs que l’on appelle akènes se torsadent et s’ornent d’attributs plumeux. La belle reste élégante même à l’heure de porter la graine. L’été est à peine né que l’anémone n’est plus. Juste le temps du bonheur pour un photographe curieux.

Samuel Delon

Samuel Delon

Photographe amateur

samueldelon25@gmail.com

  • 1953 Naissance à Héricourt (Haute-Saône).
  • 2007 Plonge dans la macrophotographie et les images d’insectes.
  • 2010 Premier prix catégorie graphisme au concours international de la photo animalière de Montier-en-Der.
  • 2012 Expose à Montier-en-Der.
Couverture de La Salamandre n°232

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 232
Février - Mars 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir