Un vrai Jurassien?

On peut parfois observer le tichodrome au Creux-du-Van, un cirque rocheux époustouflant situé dans la chaîne du Jura suisse / © Benoît Renevey

Sur les deux flancs du Jura suisse et français, des tichodromes sont observés en plein hiver. Nichent-ils dans la région? Et sinon, d'où viennent-ils?

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Des Alpes vers le Jura

La nidification du tichodrome dans le Jura a été découverte relativement récemment. Quelques sites prestigieux sont occupés régulièrement, mais pas chaque année : Mont d'Or, Dent de Vaulion, Creux-du-Van... En dehors de ces classiques, l'espèce semble très rare et peut-être en diminution. En Franche-Comté, durant quatre années de prospection intensive liées à la publication d'un atlas ornithologique, seuls trois sites occupés ont été trouvés.
Cette rareté contraste avec le nombre des individus observés en hiver tout autour du Jura. On suppose que la plupart d'entre eux viennent des Alpes, d'où certains vont même jusque dans les Vosges, le Massif central ou la basse vallée du Rhône. Il s'en voit régulièrement aux Baux-de-Provence ou dans les calanques. A Paris aussi sur Notre-Dame. Et à dix reprises entre 1792 très précisément et 1985, l'un d'entre eux a même été retrouvé en Grande-Bretagne.

© Christophe Sidamon-Pesson

Parois d'hiver

Les tichodromes se livrent à de véritables transhumances altitudinales. En hiver, on les retrouve à basse altitude, dans des falaises parfois jusqu'en bord de mer et aussi en pleine ville sur des cathédrales, des châteaux ou de vulgaires immeubles. Généralement, ces hivernants ont leur camp de base, une paroi particulièrement favorable de laquelle ils partent explorer d'autres sites dans un rayon de 1 à 6 km.
Même durant cette période où il est un peu plus facile à voir, le tichodrome demeure un grand solitaire. Les regroupements de plusieurs individus sont extrêmement rares. Peut-être sont-ils provoqués par des conditions climatiques extrêmes.

Elle chante aussi

En hiver, les mâles perdent leur plastron noir et ressemblent comme deux gouttes d'eau à des femelles. Ils défendent leur garde-manger en chantant vigoureusement. Fait rare chez les oiseaux, les femelles chantent aussi à cette saison, quoique leurs strophes soient généralement plus courtes. Le joli chant du tichodrome est un petit refrain flûté et lent, une série de sifflements qui montent puis redescendent souvent avec un brin de mélancolie.

Couverture de La Salamandre n°217

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 217
Août - Septembre 2013
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir