Un massacre inutile

A l'occasion du numéro de La Salamandre consacré aux bouquetins, Julien Perrot évoque dans son édito le massacre de ces animaux dans le nord des Alpes françaises.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

C’est une terrible affaire qui se déroule en ce moment en Haute-Savoie. La contamination à la brucellose de deux personnes et d’une vache a déclenché une vaste enquête sanitaire. Les scientifiques ont rapidement découvert un réservoir de cette maladie qu’on croyait éradiquée de la région… chez les bouquetins qui vivent paisible ment dans le massif du Bargy. Paniqués par la perspective de devoir faire abattre leurs troupeaux en cas d’infection, les agriculteurs ont exigé que l’on tue les bouquetins jusqu’au dernier.
Pendant que l’Etat français faisait hâtivement abattre 320 bouquetins âgés de plus de cinq ans, les plus touchés par la maladie, les chercheurs ont poursuivi leurs travaux. L’Agence nationale de sécurité sanitaire vient de montrer que le risque de contamination aux animaux domestiques est pratiquement négligeable. Par ailleurs, le tir des vieux bouquetins n’a fait qu’accélérer la contamination des plus jeunes. Quant à une liquidation pure et simple de l’espèce, pour autant qu’elle soit réalisable, elle pourrait provoquer la fuite d’individus infectés sur d’autres massifs. Bingo !
Aux dernières nouvelles, des militants sont parvenus à empêcher les tirs prévus au mois de septembre. Les experts commencent à parler de dépistage possible sur le terrain, de campagnes de vaccination… Et pourtant, éleveurs et autorités locales continuent d’exiger l’éradication complète des héros du Bargy. Alors suspense, que décidera Ségolène la ministre ?
Dans cette cause-là comme dans d’autres plus planétaires, les scientifiques suggèrent très clairement ce qu’il faut faire. Hélas, cela ne suffit pas toujours…

Plus d'infos sur le massacre des bouquetins du Bargy.

Couverture de La Salamandre n°225

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 225
Décembre 2014 - Janvier 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir