Trois vallées vers l’Espagne

Le long du Mourgouilhou, dans un décor somptueux, le sentier suit un relief tantôt plat, tantôt pentu, typique des vallées glaciaires. / © Emmanuel Di-Scala

Dans les Pyrénées, au sud de Foix et d’Ax-les-Thermes, un village nommé Mérens-les-Vals se dresse au carrefour des vallées de l’Ariège, du Nabre et du Mourgouilhou.

Avatar de Karine Richard
- Mis à jour le
Article d'origine par

La plaine toulousaine est déjà loin. De tunnel en tunnel, le train longe l’étroite vallée de l’Ariège et grimpe vers Mérens-les-Vals. Passage vers l’Andorre et la Catalogne, situé à 1100 mètres d’altitude, le village de Mérens est aussi une porte ouverte sur les montagnes.

Une fameuse vacherie

Notre parcours suit le tracé du Nabre tout en s’élevant vers le paisible « village d’en haut », jusqu’à l’église romane. Quoique endommagé par le terrible incendie de 1811, le clocher de Saint-Pierre porte fièrement ses dix siècles d’existence. Son clocher tient de la tour de guet.

Aux ruelles pentues du village succède un sentier. Murets de granit et prairies rappellent que ce pays est une terre à troupeaux. Au XIXe siècle, la vacherie de Mérens était une des plus importantes de la Haute-Ariège. Une haie de frênes offre son ombre précieuse. Hier, le bois de ces arbres servait à la fabrication d’outils, de combustible et de fourrage.

La montagne de l’ours

Premiers sapins, premiers bouleaux. Le paysage, parsemé de myrtilliers et de framboisiers, se fait montagnard. Deux énormes rapaces font une courte apparition sur les crêtes : des aigles royaux. Un peu plus loin, déposé au sol, un duvet d’oiseau attire mon attention. A la tige principale est accrochée une petite plume secondaire… la signature du grand tétras !

Avant de traverser le Nabre qui gronde, je scrute encore une fois les pentes abruptes. Dans un éboulis, un jeune cerf sort furtivement de la végétation. Aigle, grand tétras, cerf : et dire qu’au cœur de cette magie, quelque part dans cette montagne, marche l’ours. Cela fait rêver.

Ce drôle d’insecte semble harnaché d’une selle de cheval. D’où son nom d’éphippigère signifiant « qui porte une selle » ! / © Karine Richard

Une eau à 40 degrés

Me voilà arrivée sur le versant ensoleillé où d’anciennes terrasses autrefois cultivées abritent toute une vie. Zoom dans l’herbe : corps dodu et pattes grêles, une éphippigère stridule. Plus bas, un muret sert de présentoir à la délicate violette cornue. Je poursuis la
descente : une légère odeur de souffre flotte dans l’air alors que je m’approche des sources d’eau chaude. Difficile d’imaginer le cheminement de cette eau, s’infiltrant depuis plusieurs milliers d’années dans les profondeurs de la terre, pour remonter rapidement jusqu’ici où elle atteint une température de 40 degrés.

De retour au village, au bord du Nabre, des nuées de papillons butinent les eupatoires. Comme eux, je profite des derniers rayons de soleil et je savoure les souvenirs de cette incroyable journée.

Promenade à Hérens-Les-Vals dans les Pyrénées

Le cheval de Mérens passe l’été en altitude. Véritable montagnard, il est particulièrement agile. / © Karine Richard

Bergers d’autrefois

Robe noire, port de tête distingué et croupe ronde, une jument broute tranquillement au bord du chemin. Encore assez répandu dans cette partie des Pyrénées dont il est originaire, le petit cheval de Mérens est une bête robuste adaptée à la montagne. Le Mérens bâté suivait les bergers et les troupeaux lors des transhumances.

Promenade à Hérens-Les-Vals dans les Pyrénées

Cet orry, ancien abri de berger en pierres sèches, raconte la vie pastorale d’antan. / © Emmanuel Di-Scala

Un sentier dallé mène au pont de pierre construit à la fin du XIXe siècle pour faciliter l’accès à l’estive, ce pâturage d’altitude. La nuit, à la belle saison, les pâtres et leurs troupeaux se reposaient sur les zones plates, les jasses. Une cabane en dalles de gneiss, un orry, surplombe encore la jasse de l’étang de l’Estagnol. Elle servait de refuge aux bergers. Et tandis que quatre vautours fauves survolent les hêtraies, tourbières et prairies fleuries de l’ancienne vallée glaciaire, je mesure combien la vie en montagne pouvait être rude au quotidien.

Itinéraire

Accédez à la carte détaillée de cette balade dan sle PDF en bas de page.

Balade 1

Mérens > vallée du Nabre > Mérens

Durée: 3 h

  • (1) De la gare de Mérens, rejoindre la RN20.
  • Tourner à gauche et traverser le village, puis emprunter la D322 à gauche B vers l’église romane.
  • Traverser le Nabre par le pont métallique et prendre à droite. Longer le Nabre rive droite sur la route puis sur la digue C (GR10).
  • Un peu plus haut, quitter le Nabre et grimper le long de la pente herbeuse.
  • Passer devant la chambre d’hôte du Nabre et se diriger vers l’église romane.
  • Contourner l’église 4 par la gauche et prendre le passage goudronné qui monte tout droit.
  • Traverser la route et gravir la pente.
  • En haut, traverser le pont à droite et suivre la route goudronnée jusqu’au parking (laisser le GR10 qui part à gauche après le virage).
  • 5 Au parking, prendre en face le sentier « chemin des Harens » (balisage jaune).
  • Poursuivre le chemin qui remonte la vallée du Nabre, rive gauche.
  • En 1h, on atteint la passerelle métallique (sans rambarde mais suffisamment large) 6.
  • Traverser le Nabre par la passerelle et grimper encore. A l’embranchement, suivre à gauche le panneau « retour village », virer à droite sur 50 m, puis à gauche 7 (Possibilité de prendre à droite et de continuer à remonter la vallée.
  • Retour par le même itinéraire). Descendre la vallée pendant 20 min.
  • Au croisement, 8 laisser le sentier qui rejoint Mérens par la droite et descendre tout droit. En 5 min, on parvient à la source sulfureuse.
  • Pour rejoindre Mérens, poursuivre la descente jusqu’à la petite route goudronnée. 9 Tourner à droite et reprendre l’itinéraire en sens inverse.

Balade 2

Mérens > Pont de Pierre > étang de l’Estagnol

Durée: 5 h

Accès en train

Gare SNCF de Mérens-les-Vals. TER 22 Toulouse - Latour de Carol. TER Midi-Pyrénées +33 (0)891 677 677 ou ter-sncf.com Possibilité de tarifs réduits avec la carte Midi-Pyrénées Loisirs.

Informations - hébergements

Offices de tourisme de pays des Vallées d’Ax : +33 (0)5 61 64 60 60. Il existe un topo « Sentier de lecture de paysage : la vallée du Mourgouilhou » en vente à l’épicerie de Mérens.

Gîte d’étape Le Soula : M. Fabert +33 (0)5 61 64 32 50

Camping municipal « Ville de Bau » : +33 (0)5 61 02 85 40 ou +33 (0)5 61 64 33 77

Chambre d’hôte du Nabre : M. et Mme Vidal +33 (0)5 61 01 89 36

Chambre d’hôte La ferme du Cayre : Mme Marchand +33 (0)5 61 05 69 25

Equipe Technique Ours : +33 (0)5 62 00 81 08, +33 (0)5 62 00 81 10 (serveur vocal)

Couverture de La Salamandre n°193

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 193
Août - Septembre 2009
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir