Stop les poisons !

Le temps de l’action est venu. Dans son édito du n°240, Julien Perrot nous invite à signer une initiative réclamant l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

C’est David contre Goliath. D’un côté des citoyens ordinaires et des ONG aux moyens disparates, de l’autre un puissant lobby agrochimique qui argumente à coups de contre-études, qui intimide les chercheurs indépendants, qui finance des campagnes d’intox. Exactement les mêmes méthodes que lorsqu’un autre conglomérat ne voulait pas qu’on établisse la toxicité de la cigarette. Ils sont donc sept et leur fronde a démarré en terre neuchâteloise. Leur motivation ? Ni plus ni moins qu’on arrête de manger des pesticides à hautes doses, d’empoisonner nos enfants et l’environnement.

Les faits sont édifiants. Des études concordantes montrent que nos rivières sont truffées de substances toxiques et probablement cancérigènes. L’urine de la moitié d’entre nous contient du glyphosate et parfois des néonicotinoïdes, ces poisons puissants qui participent au déclin des abeilles. Et l’on voudrait nous faire croire que tout cela n’a aucune influence sur la santé humaine ? Que les 300 pesticides utilisés en Suisse et que les 62’000 tonnes épandues annuellement en France ne s’accumulent pas dans l’environnement en constituant des cocktails hautement nocifs ?

Le temps de l’action est venu.

En Suisse, indépendamment de tout parti politique, sept citoyens ont lancé une initiative populaire réclamant l’interdiction de tous les pesticides de synthèse après une période de transition de 10 ans. Folie pour certains ! Moi, je suis convaincu que nous tenons là une chance historique pour notre santé et l’environnement mais aussi pour notre économie. Avec certaines cultures, la transition sera difficile, mais ce délai de 10 ans stimulera la recherche scientifique. S’affranchir de ces poisons deviendra une priorité nationale. Et voilà qui profilera la Suisse comme un leader mondial d’une agriculture à nouveau respectueuse de l’environnement. Et dans l’Union européenne, un collectif d’ONG a lancé en février dernier une initiative citoyenne européenne pour interdire le glyphosate. Objectif ? Un million de signatures pour donner un signal politique clair à l’exécutif européen.

Notre environnement, vous le savez, est gravement malade. La désintoxication peut commencer aujourd’hui en allant signer suivant où vous habitez l’initiative suisse sur future3.ch ou l’initiative européenne sur stopglyphosate.org.

Couverture de La Salamandre n°240

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 240
Juin - Juillet 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir