Scénario qui ne manque pas de sel

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Publié par
Activité
  • Degrés :

Moins de neige, moins de sel

L’utilisation de sel pour déneiger les routes devrait reculer en Suisse. Une nouvelle plutôt réjouissante étant donné les dégâts causés par le sel sur la faune et la flore indigènes.

Parlons un peu de l’hiver prochain, en attendant de profiter du vrai retour de la belle saison ! Selon MétéoSuisse, les hivers plus doux auront pour conséquence des routes moins assaisonnées. Un nouveau régime contre l’hypertension des artères routières ? Non, c’est à cause du réchauffement climatique (bien vu, encore lui!). Car selon les modèles, en plus de l’augmentation des températures hivernales, les jours de neige seront moins nombreux en moyenne sur le pays. Et qui dit moins de neige, dit moins de déneigement, logique !

Ainsi, si aucune mesure n’est prise au niveau international pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, on estime qu’en 2050 les besoins en chlorure de sodium diminueront de moitié par rapport aux quantités actuellement planifiées. Ce qui représente 110 000 tonnes en moins !

L’abus de sel peut nuire à la santé
Pour une fois le scénario est assez positif. Pas pour les Salines Suisses SA bien entendu. Pas non plus pour les plantes halophytes comme le cranson du Danemark ou la fétuque marine, des amatrices de sel en provenance des côtes et des prairies salées qui on profité des véhicules pour coloniser les routes. Mais c’est une bonne nouvelle pour quantité d’animaux et de végétaux indigènes pour qui le sel routier est toxique ! Ce dernier s’infiltre dans le sol et se disperse dans les étangs et gouilles aux abords des routes. Il a été démontré que de fortes concentrations de sel augmentent la mortalité des têtards et rend groggy ou tue de nombreux oiseaux.

 

Dessin: © Ambroise Héritier
Source: MétéoSuisse

Articles sur le même sujet

Réagir