Réseau mulots

Mulot sylvestre / © Christian König

Le Centre Ornithologique Rhône-Alpes (CORA) section Ain recherche des bénévoles pour faire vivre le nouveau réseau mulots consacré aux micromammifères. Francisque Bulliffon nous explique comment faire partie de l'aventure.

Avatar de Fleur Daugey
- Mis à jour le
Article d'origine par
Réseau mulots

Francisque Bulliffon

Micromammifères, quésako ?

Il s'agit de tous les rongeurs et insectivores plus petits que l'écureuil, sauf les chauves-souris. Campagnols, mulots et musaraignes sont les plus courants. Muscardins, loirs et lérots font aussi partie de cette catégorie.

Pourquoi les recenser ?

Ces animaux représentent un maillon essentiel de la chaîne alimentaire. D'innombrables rapaces, reptiles et mammifères prédateurs s'en nourrissent. Le travail du réseau apportera un diagnostic essentiel sur la présence ou l’absence de ces espèces en fonction des habitats, et sur la fluctuation des populations.

Comment participer ?

Nous proposons à tous les volontaires de prendre part à l'avancée des connaissances naturalistes dans leur département. Et pour cela, pas besoin de diplôme : la curiosité et la motivation suffisent ! Plusieurs missions sont offertes. Un exemple : découvrir des gîtes de chouette effraie pour récolter ses pelotes de réjection. Grâce à ces indices, nous connaîtrons les proies consommées. Autre activité : pour les adeptes du laboratoire, nous donnerons des formations à l'identification des os à la loupe binoculaire.

L'engagement est-il astreignant ?

Quelques heures par semaine sont suffisantes, surtout pour les débutants. Nous sommes aussi intéressés par toutes les photos de micromammifères vivants ou morts observés lors de balades, dans les maisons ou attrapés par un chat. Appartenir à notre réseau est une occasion de s'impliquer concrètement dans la protection de la nature.

Plus d'infos:

Couverture de La Salamandre n°202

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 202
Février - Mars 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir