Plus d’action pour protéger la biodiversité

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Publié par

La biodiversité continue de s’effriter en Suisse malgré les efforts entrepris. Dans un rapport de grande importance, des scientifiques appellent à plus d’engagement pour la nature.

Biodiversité en danger par-ci, biodiversité en déclin par-là, la nouvelle ne tombe pas d’hier et on finit par ne plus s’en soucier. Pourtant, les piqûres de rappel ont l’effet de douches froides. Sous l’égide du Forum biodiversité Suisse (SCNAT), des experts se sont penchés sur plus de 180 papiers scientifiques pour brosser l’état actuel de la diversité biologique dans le pays. Leur rapport dévoilé mardi, Etat de la biodiversité en Suisse en 2014, demande plus d’actions coûte que coûte.

Des solutions !

Un constat de départ positif: les solutions existent. Des mesures ponctuelles de conservation et de réintroduction réussies ont ainsi prouvé que les efforts entrepris jusqu’à présent n’ont pas brassé de l’air. Le gypaète barbu, le phytoplancton des rivières ou la flore des jachères agricoles ne vous diront pas le contraire.

Action !

Mais pourtant, plus d’un tiers des espèces animales, végétales et fongiques sont menacées dans le pays, un chiffre considérable. Les amphibiens ou certains milieux, par exemple les marais, semblent particulièrement vulnérables. Les auteurs du rapport expliquent que « ce n’est pas le manque de possibilités mais bien le manque d’actions qui est responsable de ce continuel déclin ».

La balle est dans le camp des politiques

Comme le résumait Julien Perrot sur les plateaux de la RTS mercredi (vidéo en tête d’article), les scientifiques ont identifié le problème, on connaît les solutions, mais maintenant il faudra ouvrir sa bourse. La stratégie biodiversité Suisse, en consultation auprès des Cantons, sera décisive. Il est encore temps pour éviter de se retrouver avec un printemps silencieux.

Sources: Le Temps, Académie des sciences naturelles (SCNAT)

Articles sur le même sujet

Réagir