Des racines et des ocres

Un curieux chêne provençal a réussi à transporter le jeune artiste vaudois Gaël Lavorel dans une ambiance digne d'une forêt tropicale.

Avatar de Gaël Lavorel
- Mis à jour le
Publié par

« Il pleut, je suis trempé, des nuances d'ocre tachent mes habits : je suis dans la région de Roussillon, pays des terres rouges et de l'huile d'olive. La pluie s'estompe, la forêt fume et luit, les gouttes glissent le long des feuilles. Une accalmie s'annonce. A la tombée de la nuit, je quitte les hauteurs avec l'aquarelle d'un paysage brumeux qui a du mal a sécher. Le crépuscule enveloppe ce monde féerique que je ne connais pas. Ici, le temps laisse ses marques: tous les arbres qui poussent sur les bords de falaises et les pics de terre rouge semblent avoir germé dans le vide, un peu plus haut que le niveau du sol. Leurs racines tortueuses luttent obstinément contre l'érosion de leurs supports. Un petit chêne étrange s'agrippe au sommet d'une paroi, l'image est fabuleuse, je ne peux m'empêcher de m'attarder quelques minutes en me promettant de revenir dessiner demain.»

Par Gaël Lavorel, à Rustrel (Vaucluse), le 28 octobre 2016

Ce dessinateur naturaliste contribue avec 20 autres artistes à notre rubrique dessin de la semaine, coordonnée par Jean-Philippe Paul.

dessin#124

Réagir