Printemps silencieux

Dans cet édito de la Salamandre 209, Julien Perrot revient sur le célèbre et triste livre de Rachel Carlson, printemps silencieux. Malheureusement cette alarme lancée est toujours d'actualité.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Chez les Indiens, l'âge se mesure au nombre de printemps. Car l'énergie qui déferle en ces belles journées d'avril donne la vie et féconde la Terre.
Hélas, chaque année, les rendez-vous manqués se multiplient. Ces disparitions discrètes mais innombrables témoignent de l'effilochement accéléré de la nature. Malgré l'éveil des consciences, malgré de spectaculaires réintroductions, malgré de belles victoires locales, globalement la vie continue de reculer partout sur notre planète. Dans les océans, dans les forêts tropicales, mais aussi sournoisement tout autour de nous.
Parfois, je pense au terrible livre Printemps silencieux qui fit l'effet d'une bombe lors de sa parution en 1962. L'Américaine Rachel Carson y prédisait un ciel sans oiseaux, ces derniers ayant succombé aux pollutions chimiques provoquées par l'homme.
Cette prophétie fait froid dans le dos, mais elle a aussi marqué la naissance du mouvement écologiste et abouti à l'interdiction du DDT. Aujourd'hui, entraînés dans notre élan, nous continuons globalement de foncer dans le mur. Cela finira par changer, nous n'avons pas d'autre choix, mais le plus tôt sera le mieux.

Couverture de La Salamandre n°209

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 209
Avril - Mai 2012
Article N° complet

Réagir