Concours des prairies fleuries 2014

© Jean-Philippe Paul

Pierre Durlet, chargé de missions Natura 2000 au Parc naturel régional du Haut-Jura, nous explique le principe des concours des prairies fleuries.

Avatar de Rédaction
- Mis à jour le
Article d'origine par
Activité
  • Degrés :
La Salamandre n°223 : L’oiseau turquoise
N°223
Août - Septembre 2014
Pages 17
Concours des prairies fleuries dans le haut Jura 2014

Pierre Durlet

Pierre Durlet, le Parc naturel régional du Haut-Jura et le Parc du Jura vaudois ont organisé en juin 2014 un concours transfrontalier de prairies fleuries. Pourquoi une telle initiative ?

L’idée est née d’expériences similaires menées en Allemagne et en Autriche. Dès 2008, l’idée s’étend au niveau national français. En 2012, des concours transfrontaliers apparaissent. En 2014, 50 territoires ont organisé ce type de concours, du Pas-de-Calais aux Pyrénées et de la Bretagne aux Alpes. Notre concours haut-jurassien est par contre pour l'instant le seul en Suisse.

Quels sont les critères d’excellence retenus ?

Le jury est pluridisciplinaire et c’est tout l’intérêt de l’exercice. On évalue le paysage, l’agronomie, la botanique, l’entomologie, le potentiel mellifère… La prairie parfaite doit jouer son rôle agricole en offrant un fourrage appétent, nutritif et suffisamment varié. En même temps, la biodiversité de la parcelle doit être riche, équitablement répartie et présenter un environnement général favorable.

Est-ce bien perçu par les exploitants ?

Oui. Depuis le début, en France, le concours est organisé en collaboration avec les coopératives fromagères. Certains exploitants y trouvent un intérêt grâce aux échanges que leur prairie peut susciter de la part d’un jury expert et varié. Chaque année, certains agriculteurs présentent sciemment une parcelle moyenne mais sur laquelle ils veulent un avis.

Couverture de La Salamandre n°223

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 223
Août - Septembre 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir