Pourquoi les oisillons quittent-ils leur nid ?

Merle noir / © Kim Taylor / Biosphoto

David Melbeck, rédacteur naturaliste et auteur du livre "Les bêtes qui volent... avec ou sans plumes" nous en explique les raisons.

Avatar de Nathalie Jollien
- Mis à jour le
Article d'origine par
Pourquoi les oisillons quittent-ils leur nid ? - La Salamandre david melbeck

David Melbeck, rédacteur naturaliste, auteur du livre «Les bêtes qui volent… avec ou sans plumes»

Pourquoi les oisillons quittent-ils leur nid?

Parce qu’ils ont faim, tout simplement ! Chez les espèces nidicoles (voir ci-dessous), ce sont les parents qui nourrissent leurs petits. Et qui, le moment venu, les motivent à quitter le foyer. La méthode la plus efficace est l’arrêt brutal du nourrissage. L’estomac dans les talons, les petits ne tarderont pas à réagir en voyant leurs géniteurs, posés sur une branche à quelques mètres de là, les appeler frénétiquement le bec rempli de nourriture. Les oisillons doivent passer par-dessus bord. Ils sauteront dans le vide et s’envoleront pour la première fois. Fort heureusement, ils savent voler sans jamais avoir pratiqué.

*Nidicole

adjectif

Se dit des animaux et notamment des oiseaux dont les jeunes restent longtemps au nid sous la protection des parents qui les ravitaillent. Les petits sont incapables de se nourrir et de se déplacer seuls. D’ailleurs, ils naissent complètement nus. C’est le cas des pigeons par exemple et des passereaux.

Au contraire, les animaux nidifuges sont couverts de plumes dès la naissance. Ils quittent le nid peu après leur éclosion. Ainsi font les canetons ou les poussins de la caille des blés.

Comment les parents savent-ils que c’est le bon moment pour arrêter de nourrir leurs petits ?

Difficile de répondre précisément. En observant le comportement des mésanges qui occupent le nichoir du jardin, on s’aperçoit que les jeunes s’enhardissent au bout d’un certain temps passé au nid. Quinze à 20 jours pour beaucoup de petits passereaux. Ils sont plus actifs, apparaissent plus fréquemment devant le trou d’envol.

Plus le bruyant manège du nourrissage se prolonge, plus il y a de risques d’être repéré par un prédateur. Et puis, trouver de quoi ravitailler toute la famille sans trop s’éloigner du nid devient difficile. Les ressources s’amenuisent, il est temps d’exploiter d’autres parties du territoire. La dispersion des oisillons hors du nid devient une question de survie.

Les oisillons ne peuvent-ils plus compter que sur eux-mêmes une fois hors du nid ?

Chez certaines espèces comme le martinet noir, oui ! Mais, pour la plupart des autres oiseaux, ce n’est pas le cas. Après le premier envol, les parents vont continuer de les prendre en charge et leur apprendre comment se nourrir, échapper aux prédateurs ou s’abriter pour la nuit. Les petits merles resteront encore trois jours en apprentissage avec leurs parents, mais ce coaching durera une semaine chez les jeunes pics épeiches, dix jours chez l’hirondelle rustique ou plus de deux mois chez les chouettes hulottes.

«Les bêtes qui volent… avec ou sans plumes», une nouveauté Salamandre à commander ici.

Découvrez l'envol des braves, un article sur le départ du nid de jeunes mésanges, illustré en dessin par Denis Clavreul.

Couverture de La Salamandre n°240

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 240
Juin - Juillet 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir