Pourquoi encore baguer les oiseaux à l’époque des balises satellites ?

Le bagage d'oiseaux est une pratique encore très courante. Ici, un rougegorge prend son envol. / © Olivier Born

Baguer les oiseaux à l'époque des balises satellites a-t-il encore un sens? La réponse de Jacques Laesser, responsable de la Centrale de baguage de la Station ornithologique suisse à Sempach.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Le baguage visait au départ à mieux connaître les déplacements des oiseaux et leur longévité. C’est toujours le cas avec une mise en commun plus efficace des données européennes. Aujourd’hui, cette pratique répond à de nombreuses autres questions d’écologie, de conservation et de dynamique des populations d’oiseaux. Pour cela, on cherche à intégrer toujours plus les activités des bagueurs bénévoles dans des programmes scientifiques.

Le stress des oiseaux capturés et manipulés est-il important ?

Par éthique, tout est fait pour réduire les désagréments sur les oiseaux lors du baguage. Les bagueurs sont formés très rigoureusement et détiennent une autorisation de l’Office fédéral de l’environnement. Les données recueillies seraient biaisées et donc inutilisables si le comportement des oiseaux relâchés était affecté. Pour chaque projet, le gain possible d’information doit être mis en balance avec la perturbation.

On a parfois l’impression que les filets sont posés pour chercher des oiseaux rares par loisir…

Ce n’est pas le cas, même si la capture d’espèces exceptionnelles fait évidemment plaisir aux bagueurs. Quelles que soient leurs motivations, l’important est que leur collaboration contribue au projet général en respectant nos règles éthiques.

Qu’attendez-vous personnellement de ces milliers de petites bagues qui se baladent dans la nature ?

74 579 oiseaux ont été bagués en Suisse en 2015. Je suis impatient que se précise encore l’évolution des dates de migration dans le contexte du changement climatique. C’est l’analyse des données sur le très long terme qui me séduit particulièrement. Le déclin du pouillot fitis a par exemple été mieux compris grâce aux enseignements du baguage mené depuis des décennies en Grande-Bretagne. Je suis attentivement les changements affectant la reproduction des passereaux à l’échelle internationale.

Il existe d’autres méthodes que la pose de bagues…

La miniaturisation des balises fait des pas de géant. La génétique offre de nouvelles dimensions à la dynamique des populations. Toutes ces méthodes sont complémentaires. Le baguage a encore son importance de nos jours pour la conservation des oiseaux, en Suisse comme ailleurs. Il serait injustifié de l’abandonner sous prétexte que de nouvelles techniques se développent.

Phénologie

nom féminin

Etude des événements le plus souvent annuels déterminés par les variations saisonnières du climat. On étudie la phénologie des végétaux en suivant par exemple leur floraison, feuillaison, coloration ou fructification. Chez les animaux, la phénologie s’intéresse au départ et à l’arrivée des oiseaux migrateurs, à l’apparition des larves ou des formes adultes des insectes… On parle aussi de phénologie concernant le rythme des glaciers.

Couverture de La Salamandre n°236

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 236
Octobre - Novembre 2016
Article N° complet

Réagir