Poteaux mortels

Chouette effraie en vol / © m_reinhardt / Fotolia

Des milliers d’animaux meurent chaque année piégés à l’intérieur des poteaux électriques de France Télécom. Madline Reynaud, directrice de l’ASPAS, prend l’affaire à cœur.

Avatar de Claire Lecoeuvre
- Mis à jour le
Article d'origine par
Madline Reynaud

Madline Reynaud

En quoi ces poteaux représentent-ils une menace ?

La plupart servent de perchoirs. Mais certains sont de simples tuyaux métalliques creux. Des milliers d’oiseaux, mais aussi des serpents et des écureuils tombent dans ces tubes et n’en ressortent plus. Parfois, les cadavres s’entassent jusqu’à un mètre de haut ! Des techniciens ont déjà témoigné de l’odeur insoutenable qu’ils respiraient de leur nacelle.

Que fait France Télécom face à ce problème ?

Le service environnement du groupe a reçu des centaines de lettres suite à l’alerte que nous avions lancée en 2006. Ils ont alors proposé de boucher ou de remplacer tous les poteaux sous huit ans. Mais, sans obligation de résultat, ils cherchaient juste à nous faire taire. Aujourd’hui, malgré l'installation de nouveaux poteaux sécurisés, il en reste encore beaucoup trop qui représente un danger fatal.

Comment comptez-vous réagir ?

Par nous-mêmes. Nous souhaitons montrer l’intérieur d’un poteau à la presse. Mais on ne pourra le faire qu’une fois car France Télécom nous a interdit d'y toucher.

Peut-on agir pour vous aider dans cette lutte ?

Oui, en écrivant au service environnement de l'opérateur. C’est un bon moyen de pression. Il suffit de demander par courrier à la régie pourquoi le problème n’est toujours pas résolu malgré leurs promesses.

Vous mettez d'ailleurs une lettre type à disposition...

Exactement. Elle est disponible et facilement téléchargeable sur le site internet de l'association, où nous expliquons la démarche à entreprendre, très accessible. Tout le monde peut envoyer des courriers pour s’indigner !

Agir

Lisez et diffusez ce dépliant ASPAS

Couverture de La Salamandre n°206

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 206
Octobre - Novembre 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir